94 % des 12-18 ans déclarent avoir déjà utiliser Internet (96% en France.) Communiquer en ligne est très populaire. 71 % des jeunes Européens utilisent la messagerie instantanée et 66 % le courrier électronique.

Qu’il s’agisse du téléphone portable ou d’Internet, la communication se fait avant tout entre pairs.

95% des jeunes européens ont leur propre téléphone mobile (le taux le plus élevé est l’Italie avec 98% et le plus faible est la France avec 88%).

La maison, lieu d’appropriation par excellence, reste le lieu de toutes les expérimentations.

Bien qu’en théorie les élèves disposent d’accès à Internet dans les établissements scolaires de tous les pays de l’enquête, 22% des jeunes Européens déclarent n’avoir jamais utilisé Internet sur le temps scolaire, et 30% l’avoir fait rarement.

La pratique du blog est assez populaire en Belgique (38%) et en France (25%) mais les études montrent que la durée de vie des blogs de jeunes est très courte, et qu’ils sont souvent en sommeil.

En France, les jeunes sont attentifs aux risques sur Internet, du fait semble-t-il de l’efficacité de campagnes d’information. En revanche, les études en Pologne et en Grèce ont montré que les jeunes de ces deux pays avaient particulièrement besoin d’une formation pour apprécier les situations à risques.

Les jeunes sont pour la plupart attentifs aux dangers potentiels. La demande de contrôle a progressé : de 67% de jeunes qui la souhaitaient en 2000 à 85 % aujourd’hui.

En 2000, ils n’étaient que 16% à déclarer être habituellement méfiants vis à vis des informations trouvées sur Internet. Ils sont aujourd’hui 68%.

Les entretiens ont montré à quel point les jeunes apprenaient beaucoup seuls, en tâtonnant et en expérimentant.

Les jeunes ont tendance à combiner plusieurs pratiques simultanément : en étant sur Internet, ils écoutent de la musique mais téléphonent aussi, surtout les filles. Plus d’un jeune sur 2 déclare regarder télévision, cassette ou DVD tout en étant sur Internet.

Enfin, en 2000, seuls 31% des 11-17 ans ne croyaient pas au e-commerce. En 2006, en dépit de la sécurisation des paiements, le commerce en ligne ne convainc toujours pas le public des 12-18 ans.