01.net parle de papier électronique en parlant de l’Irex. En réalité, l'iRex est un livre électronique de poche au tarif de 650 euros :-( Il pèse 390 g et mesure 1,6 cm d’épaisseur. La lecture serait moins désagréable que celle d’un écran. L’autonomie est bien supérieure à celle d’un ordinateur (10 heures). Je trouve cependant qu’au vu de son format, il ressemble en fait à un PDA sans en avoir toutes les fonctions.

La deuxième annonce de 01.net est plus étonnante. Certains habitants de Paris ou de Lyon ont dû être intrigués en regardant des affiches publicitaires en papier pour les magasins Décathlon... et en y voyant bouger des messages promotionnels !

Bien évidemment, l’intérêt est pour l’instant limité d’autant plus que le surcoût est de 20 à 30 euros par affiche pour une centaine d’affiches. On affirme que sur de grosses quantités, les prix s’effondreraient. Mais ce qui est important ici, c’est qu’on a quitté les laboratoires. Je vous rappelle que E-ink sera utilisée pour la future édition électronique du quotidien « Les Echos », annoncée pour 2008.

01.net nous annonce que la technique va devenir plus sophistiquée, avec des affiches animées sur toute leur surface - et non plus de simples zones - et, surtout, avec l'ajout de la couleur et du son.

Dans les commentaires à cet article, un internaute pose la question du recyclage. Il a totalement raison. Je pensais jusqu’alors que le papier électronique n’était pas « jetable » du moins tant qu’il fonctionnait. S’il était utilisé de la même façon et avec le même gâchis que le papier traditionnel, il perdrait une grande part de son intérêt. Il deviendrait dès lors essentiel de se préoccuper des conditions de son recyclage avant toute production massive.