Tout d’abord un grand merci à Cécile, Laurence, Marie-Annick, Mamy et Philippe. En testant à plusieurs, on obtient des angles de vues différents. J’ai beaucoup apprécié et j’aurais à nouveau recours à cette méthode, si vous acceptez d’y participer avec moi.

Tout d’abord, quelques rappels. Yahoo n’est pas un service public. Yahoo a un gros problème qui s’appelle Google. Ce dernier lui prend des parts de marché. « Questions réponses » a donc pour tout premier objectif de générer de l’audience, de générer du buzz.

Pour l’internaute qui répond, participer à Questions réponses, c’est gagner des points et devenir un « expert ». Le système de notation est le suivant : vous perdez 5 points si vous posez une question :-( , vous gagnez 2 points si vous répondez à une question, vous gagnez aussi des points si vous dites qu’une réponse est la bonne mais vous n’en gagnez aucun si vous dîtes qu’aucune réponse à votre question n’est satisfaisante :-(

Il faut obtenir plus de 25 000 points pour obtenir le niveau 7 (faites le calcul). J’ai vu des niveaux 6 (en 3 mois) ! Le système génère des tricheries, encouragées par Yahoo. C’est ainsi que Philippe a constaté un jour que la réponse la plus idiote à sa question avait été élue la meilleure. Oui, mais celui qui a voté a ainsi gagné des points !

Bien évidemment, il n’y a pas d’obligation à répondre correctement à la question. Certaines réponses sont totalement stupides (voir dans les annexes). Certaines personnes donnent des embryons de bonne réponse et d’autres vont en chercher sur Internet pour récolter leurs 2 points.

Les internautes posent des questions très diverses (culture générale, scolarité, problèmes personnels, difficultés rencontrées).

Ce système n’a donc aucune efficacité ? C’est à voir !

Si certains comme Philippe n’ont pas eu de chance, d’autres ont recueilli des réponses… incomplètes. Bien évidemment, plus la question exige une réponse qualifiée et moins il y a de réponses.

Mamy, qui dit « avoir joué » à Questions réponses précise : « on peut obtenir des témoignages bidons qui noient la question mais également d’autres qui correspondent à du vécu et des réponses qui correspondent à ce que l’on considère comme une bonne information. »

Et c’est bien là que se situe la difficulté, comment celui qui pose une question peut-il faire le tri entre deux réponses contradictoires qui semblent sérieuses et documentées ? Laurence se plaint aussi de réponses incomplètes ne donnant souvent qu'une partie de la démarche à effectuer.

En excluant l’aspect rigolade, il est indéniable que des questions sérieuses sont posées ici. Qu’attendent les internautes qui posent des questions à ce service : des retours d’expérience, des échos de la vraie vie, l’opinion de leurs pairs ? Tout cela peut-il être négligé !

Dans ce type de site, il y a peu, voire pas d’expertise. Dans nos sites d’information, il y a de l’expertise mais pas de « vécu ».

Ne devrions-nous pas compléter nos pages avec des éléments de vécu du public ?

Qu’en pensez-vous ?