Il est précisé dès le départ que les outils développés pour cette action ne sont jamais que des moyens, des facilitateurs, mis à la disposition des professionnels mais que la prévention n'est effective que dans une relation. Au même titre que les autres programmes menés par Yakapa, ces actions ont donné lieu à une longue préparation (des tables rondes de parents, d'adolescents, un pré-test, des consultations d'experts, etc.)

L'action dont il s'agit ici se compose de plusieurs volets : un livre de JL Fonck et F Janin qui raconte l'histoire d'un adolescent (Hubert) a été diffusé gratuitement à 60 000 exemplaires. Son titre : « Une histoire comme les autres (sauf que c’est la mienne). » Dans la continuité du livre, le blog donne une actualité aux personnages. D'autres actions complètent ces deux éléments principaux.

Le livre et le blog jouent sur les mêmes ressorts identificatoires. En lisant les posts de 100drine, le lecteur peut comprendre qu'il n'est pas seul, que d'autres sont déjà passés par là, que d'autres connaissent les mêmes difficultés, s'interrogent aussi. L'intérêt du blog, vous l'aurez compris, c'est l'interactivité.

La trame des billets est écrite par des professionnels et illustrée par une jeune blogueuse : Melaka. Les lecteurs participent à l'écriture par le biais des commentaires, par la création de nouveaux personnages ou d'épisodes (soit par mail soit directement en ligne via l’espace « les amis de100drine »). Des groupes constitués autour de professionnels peuvent également intervenir, ce qui fait du blog de 100drine, un outil pédagogique à part entière.

Les personnes qui gèrent ce programme pensent qu’il est plus aisé d’aborder une thématique par le biais de la fiction parce que cela renforce la spontanéité et protège l’intimité. En jouant un rôle, je peux à la fois m’exprimer en toute liberté et si nécessaire, me protéger en disant « ce n’est pas moi qui pense ou fait cela, c’est le personnage que l’on m’a demandé de jouer ». Au sein du blog, les rédacteurs de 100drine utilisent des « torsions de langage et autres gymnastique sms et chat ». 100drine parle « djeun’s ».

Une chose me dérangeait cependant. J’avais le sentiment que certains ados comprenaient bien que 100drine n'existait pas mais que d'autres au contraire, ne disposaient pas de ce recul et semblaient vraiment vouloir considérer 100drine comme leur copine. Dans un tel cas, les adolescents (tes) pouvaient se sentir trompé(e)s. Dès lors, la démarche devenait dangereuse.

C’est Vincent Magos, psychanalyste, responsable du projet, qui m’a répondu : « L'adolescence est un moment d'entre deux. Un moment de brouillard . Quelle est mon identité? mon sexe? ma famille? Comment faire entre mes rêves d'enfance et ce que je perçois du réalisme de l'âge adulte, etc.

L'adolescent pour grandir va devoir se frayer un chemin dans toutes ces questions. Il va devoir se déterminer un minimum.

Outre les nombreuses raisons relatives à l'identification, il nous a semblé utile de laisser également un flottement dans cette question : S'agit-il de fiction ou de réalité ?

A l'expérience, nous constatons dans les mails, ou même dans les lettres écrites, que les ados jouent avec ce flottement et continuent d'écrire à 100drine même quand ils ont la certitude qu'elle est un personnage de fiction. Et, quoi qu'il arrive, par mail ou par écrit, c'est toujours 100drine qui parle et répond. Notre expérience est donc qu'ils ne se sentent pas trompés mais apprécient cet entre-deux. »

Sur le site du blog, on trouvera également un article de Serge Tisseron, psychanalyste, qui tord le cou à bien des à priori concernant les nouvelles technologies et la manière de percevoir les autres et soi-même.

Bien plus efficace qu’une campagne de communication comme on en voit tant, avec ces affiches, ces tracts et ces plaquettes qui finissent, souvent sans un regard, à la corbeille, cette action dynamique est le fruit d’une réflexion approfondie.

Ce programme m’a enthousiasmé et je remercie Vincent Magos de m’avoir contacté. Le blog de 100drine attire plus de 400 visiteurs par jour, a comptabilisé en 1 an plus de 2 000 commentaires et l’équipe de ce projet se réjouit d’avoir constaté de vrais échanges entre les internautes.

Il y a des expériences qui méritent d’être saluées, celle-là en est une, c’est incontestable.