L’inquiétude des parents quant aux risques du chômage pour leurs enfants tend à diminuer. 46 % se disent très préoccupés en avril 2007 alors qu’ils étaient 61 % à s’en inquiéter en juillet 2005.

58 % des parents se sont renseignés sur l’orientation de fin de troisième de leurs enfants. Les sources d’information sont diversifiés. 44 % se sont renseignés auprès d’un conseiller d’orientation psychologue, 40 % auprès d’un enseignant, 38 % dans un Centre d'Information et d'Orientation, 33 % ont récupéré de l’information lors d’un forum des métiers ou d’une journée portes ouvertes, 32 % sur Internet… Je n’ai pas compris l’intérêt de distinguer les conseillers d’orientation vu dans l’établissement et ceux vu dans un Centre d’Information et d’Orientation. Cette proposition répétitive influence la personne interrogée et fausse, même de façon modeste, les résultats.

J’ai souhaité comparé ces chiffres avec des études précédentes. J’ai dû remonter en avril 2004 pour obtenir des questions comparables. En 2004, on constate des chiffres très supérieurs (66 % déclaraient s’être rendu au CIO, 63 % déclaraient avoir vu un conseiller d’orientation dans l’établissement, 56 % s’être adressés à un enseignant, 72 % s'être renseignés sur Internet. Seul le nombre des personnes s'étant informés par le biais de journées portes ouvertes était plus faible en 2004. On assiste entre 2004 et 2007 à une énorme baisse dans la recherche d’information.

La PEEP n’a pas dans son analyse repris cet élément pourtant essentiel. Il serait par ailleurs pertinent que les questions soient posées de la même façon chaque année afin de pouvoir suivre l'évoution.

77 % des parents interrogés s’estiment satisfaits des informations recueillies quelle que soit la façon dont ils se sont informés. Ils s’estiment par ailleurs à 66 % satisfaits des informations diffusées en CIO et à 72 % par les conseillers d’orientation psychologue dans les établissements. Pourquoi cette différence ? A-t-elle une signification ?