Le rapport identifie plusieurs freins au développement du numérique : la faible perception des enjeux liés à la révolution numérique, l’offre insuffisante de services pédagogiques attractifs reposant sur le numérique, la non-réflexion sur l’intégration du numérique dans la pédagogie, le manque de vision globale du système d’information des universités.

12 propositions sont issues de ce rapport :

  • 100% des documents pédagogiques numériques pour 100% des étudiants
  • Repositionner la production des ressources numériques (audit des ressources existantes, partenariat avec les éditeurs privés, portail national d’accès aux ressources)
  • Favoriser l'essor de l'enseignement à distance (le rapport parle de présentiel allégé, ce qui à mon sens est un concept à étudier urgemment)
  • Développer une approche éditoriale du patrimoine numérique dans chaque établissement (il s’agit ici d’indexation des documents)
  • Accompagner les équipes présidentielles face aux défis du numérique (ce n’est d’ailleurs pas le seul secteur où il serait important « d’accompagner » les décideurs)
  • Améliorer la formation au métier d'enseignant
  • Poursuivre l'effort d'équipement des établissements en infrastructures numériques
  • Favoriser l'accès aux ENT (Espaces numériques de travail) par une généralisation des Points Etude(le Point Etude est un lieu aménagé pour l'étude, hors du campus universitaire)
  • Faciliter l'accès aux contenus pédagogiques pour les étudiants handicapés grâce aux technologies numériques
  • Développer une action forte contre le plagiat
  • Généraliser la carte étudiant électronique multi-services pour faciliter la vie étudiante
  • Améliorer la démocratie étudiante grâce au numérique

Un projet ambitieux et qu’il serait utile de mettre en œuvre rapidement ! L’avenir nous dira ce que seront devenues ces propositions ou si un énième rapport est prévu prochainement.