Roselyne Bachelot demande notamment qu’il soit étudié l’évolution de la composition du Conseil national de la vie associative et qu’il soit fait des préconisations de nature à faciliter l’activité des associations et à clarifier leurs modes de financement en les rendant plus « lisibles et plus stables. »

De la pub dans les fils rss ?

Lire ses news par fils RSS présente un avantage que l’on oublie souvent : ceux-ci vous dispensent de la lecture de la publicité. Je devrais dire « présentait » car Google est en train d’y remédier. La lecture des flux RSS représentait une perte de recettes pour les sites Internet. Dans cet article du site Monetiweb on parle de bannières textuelles ou graphiques lors de l’affichage du flux en bas d’article. On parle aussi d’achat d’espace publicitaire directement dans des flux RSS en fonction de la thématique traitée.

Netvibes ouvre Ginger à tous

Netvibes, célèbre agrégateur de flux RSS, est accessible à tous depuis hier dans sa nouvelle version Ginger. Au titre des grandes innovations, on trouve la possibilité pour chacun de créer son propre univers, celle de communiquer et d’échanger avec ses « amis », celle enfin de marquer des news afin de pouvoir les retrouver plus tard et pour les partager (ou non) avec d’autres. Un article et une vidéo sont disponibles ici.

De la gestion de l’audience à la gestion de l’attention

Vu chez Ifeelgood, 3 vidéos concernant justement Tariq Krim, le patron de Netvibes. Dans la première vidéo, il pense qu’on passe d’un système de gestion de l’audience à un système de gestion de l’attention. Cette attention, qui est de plus en plus éclatée entre différents médias, peut être rassemblée dans Netvibes. Il dit dans la seconde vidéo que Yahoo et Google ont transformé la presse en matière première. Dans la dernière vidéo, il développe le fait que tout est devenu information : notre vie, celle de nos amis, celle des amis de nos amis. Il pose au passage une question essentielle : comment l’information personnelle que l’on confie aux réseaux sociaux va-t-elle être exploitée ? En pouffant de rire, il conclut : « c’est là qu’on verra l’éthique des services. »