Trouver l'information lci.fr titrait récemment : « La génération Google pas si douée que çà. » L’article reprend une étude britannique de janvier 2008. Y est notamment précisé que les enfants du web effectuent leurs recherches plus rapidement que les autres, mais qu’ils consacrent peu de temps à évaluer la qualité de l’information et à contrôler son exactitude. Ils ont tendance à utiliser les moteurs de recherche et à poser leurs requêtes en langage courant au lieu de choisir des termes pertinents.

L’étude britannique affirme que l’éducation des jeunes à la recherche de l’information doit être revue.

Je partage totalement cette position, mais cela n’est pas suffisant. Oui, la formation à la recherche d’information devrait faire partie des apprentissages scolaires ! Oui, l’esprit critique des jeunes devrait être développé !

Mais ce problème ne concerne pas que les jeunes. On considère trop souvent que chacun sait rechercher l’information, sait évaluer la pertinence des informations que l’on met à sa disposition. Une compétence qui serait innée ! Comme on a d’ailleurs tendance à considérer que l’apprentissage de l’usage du clavier est inutile parce que tout le monde sait s'en servir !

Et même dans le cas où l’internaute saurait trouver ce qu’il cherche, les organismes publics mettent-ils l’intégralité des informations utiles à la disposition du public ? Quand ces informations sont en ligne, leur mise à disposition est-elle suffisamment structurée et optimisée pour que les moteurs la retrouvent, pour que les internautes y aient facilement accès ? Internet, par la profusion d’informations disponibles, laisse croire que toute l’information utile est accessible sur Internet alors qu’on en est loin.

Bien que l’internaute recherche des textes courts lui permettant de s’approprier rapidement les informations, un grand nombre de sites jouent la carte du roman fleuve. Si bon nombre d’informations pratiques sont accessibles, le capharnaüm est encore la règle.

On parle beaucoup de web collaboratif mais le secteur public ne tire pas suffisamment parti des réussites des autres. Au milieu d’informations importantes permettant à l’internaute d’agir dans son intérêt, combien de « bruits » apportant confusion et lassitude !

Alors oui, il faut revoir la formation des jeunes à la recherche d’informations mais il faut d’ores et déjà mettre en place l’organisation qui facilitera son accès. On attend des moteurs de recherche qu’ils pallient les insuffisances d’ergonomie de nos sites Internet. Cela ne résoudra pas tout. Il est grand temps de faire usage de pédagogie et ce à tout les niveaux.