INOP_20082.jpgLa manifestation intitulée « Rencontres de l'innovation publique (Inop) » s’est déroulée les 23 et 24 septembre dernier à Nantes. Le principal partenaire est la région Pays de la Loire. Cette région se situe au premier rang des régions françaises pour le taux de foyers connectés à Internet et au deuxième rang pour le nombre de foyers connectés en haut débit.

Mon sentiment sur l'édition 2008 est très positif. Les thèmes des conférences et des tables rondes étaient pertinents et les aspects pratiques n'étaient pas négligés : une gestion efficace des repas a permis de ne pas empiéter sur les temps de travail, une connexion Wifi très disponible donnait un véritable confort aux congressistes. J'ai eu beaucoup de plaisir à intervenir pour la table ronde H « Représentation 3D et mondes virtuels », animée par Hugues Aubin. Merci à Hugues !

Comme d'ordinaire, je vous livre un certain nombre d'affirmations entendues sur Inop :

  • Les Français considèrent l’information comme un risque, les Anglo-saxons comme une chance.
  • Les élus ne s'investissent pas suffisamment dans le domaine de l'Internet et connaissent mal les outils.
  • Deux mondes qui s'opposent dans les collectivités locales/les services publics : les services communication et ceux qui ont en charge de diffuser de l'information.
  • La question des flux RSS pose aussi la question de l'origine de l'information, de l’endroit où elle est diffusée et de sa fiabilité.
  • Pour proposer des services pratiques adaptés aux besoins de la population, il faut établir le profil des usagers. Jusqu'où aller ? Les élus devront trancher. Cela pose la question de la confiance par rapport à ce qu'on va faire des données du citoyen, que ce soit un « opérateur » public ou privé.
  • Les « univers Netvibes » permettent de structurer autrement l'information pour la rendre plus accessible pour le public.
  • Beaucoup d'expérimentations ont lieu en matière de multidiffusion de l'information mais la collecte d’information est moins valorisée.
  • La mise en place de flux RSS doit être fortement développée mais… combien de personnes connaissent et utilisent réellement les flux RSS ?
  • L’usage des téléphones mobiles se développe énormément, puces RFID et cartes sans contact également.
  • On constate une inflation de cartographies, disponible en lecture et écriture, support de la création de nouveaux services.
  • L'usager doit garder la possibilité d'accepter ou de refuser le contenu informatif qui lui est proposé sur son portable.
  • Les acteurs doivent se mobiliser pour produire des contenus numériques.
  • Les visio-guichets sont de plus en plus plébiscités dans le secteur rural mais l'aspect financier reste un frein au développement de ces services.
  • Ouvrir des services dans les mondes virtuels, c’est intéressant si cela crée de la valeur ajoutée. Cela peut-être intéressant pour permettre à des personnes éloignées de suivre le discours d’un orateur mais à condition que ces personnes puissent aussi poser leurs questions à un avatar qui symbolise l’orateur.
  • Créer un service d’information dans un monde virtuel, c’est bien si on veut assurer un service en dehors des horaires d’ouverture de la structure, cela n’a aucun intérêt si cela fonctionne aux horaires habituels…

Deux jours bien remplis. Un grand merci à Paul et à Christelle. A bientôt… pour l’édition 2009 !