budget.jpgDans une circulaire récente, le ministère chargé de l’emploi précise les modalités de financement des structures d’animation régionales des missions locales pour 2009.

La circulaire signale une grande disparité dans la nature des structures chargées jusqu’à présent de ces animations mais ne remet pas en cause cette diversité. L’Etat demande cependant à ce que cette animation ne soit pas assumée par une mission locale.

La circulaire précise que le financement de ces programmes se situait jusqu’à présent entre 1 et 6 % du budget consacré aux missions locales dans la région. Cette fourchette devra être ramenée entre 2 et 4 %. Les conventions devront être signées dans le courant du premier trimestre 2009. Elles devront être le plus souvent possible tripartites (Etat, Conseil régional et structure).

La circulaire précise « que la structure qui présente son offre de service conserve toute son indépendance pour définir son propre projet et proposer à d’autres partenaires d’autres types d’actions. » Les fonctions de représentation et d’organisation ne feront pas l’objet de conventionnement et donc de financement.

Les six objectifs du programme d’animation régional sont les suivants :

• contribuer au développement des compétences et à la professionnalisation des ML PAIO ;

• capitaliser, diffuser les expériences et constituer un pôle de ressources ;

• faire connaître et valoriser l’action des missions locales de la région ;

• gérer, animer les systèmes d’information des missions locales ;

• observer et analyser l’évolution des situations et des besoins des jeunes ;

• contribuer à la constitution de partenariats régionaux.

Les conventions devront respecter les indicateurs SMART. Les objectifs devront en effet être spécifiques, applicables, réalistes, définis dans le temps et mesurables. Un bilan sera effectué fin 2009. La marge de manœuvre des institutions financées tend à se réduire. On peut craindre pour l’innovation.