Modernisation.jpgLa dernière enquête Tns-Sofres, consacrée aux Français et à la modernisation de l’Etat a été réalisée par téléphone durant le mois de septembre. 1 135 personnes, représentatives de la population française, âgées de 18 ans et plus, ont été interrogées. Les enquêteurs précisaient au début de chaque entretien que l’enquête ne concernaient ni les entreprises publiques (Poste, EDF, GDF) ni les services des collectivités territoriales.

Les personnes interrogées sont satisfaites à 80 % de la qualité des services publics (76 % en 2006). Elles ne sont par contre que 60 % à considérer que ces services répondent aux attentes des citoyens et à 58 % que ces services sont à l’écoute des besoins de la population. Les résultats sont meilleurs lorsque ce sont des salariés du secteur public qui répondent (jusqu’à + 8 %). La modernisation ne semble pas être la priorité des Français, ils attendent par contre des services davantage à leur écoute. 52 % considèrent la modernisation comme importante mais pas prioritaire.

64 % des Français jugent que le qualificatif « moderne » s’applique plutôt bien aux services publics. Ce sont les actifs et encore davantage les catégories aisées qui sont les moins convaincus par cette affirmation.

Sont considérés comme efficaces pour la modernisation de l’Etat, la mise en ligne sur Internet de formulaires administratifs et de services (80 %), la simplification des formulaires administratifs (77 %), l’amélioration de l’accueil dans les services publics (66 %) et la fusion ANPE/UNEDIC (58 %). A l’inverse, ils considèrent inefficaces la refonte de la carte judiciaire (61 %), la publication annuelle des indicateurs de performance obtenus par chacun des ministères (60 %), le non remplacement d’une partie des fonctionnaires partant à la retraite (59 %).

Rien de nouveau dans ces chiffres, toujours le même souhait d’une meilleure écoute de la part de l’administration, une attente qui mérite d’être mieux prise en compte !



Autres billets traitant d'un thème similaire :

Services publics en-ligne : un bilan en demi teinte

E-administration ? Peut-mieux-faire !

Les usages e-administration de proximité progressent