Journaux.jpgVu sur le site de Philippe Labbé

« …une question (n° 33028) du député UMP M. Jean-Sébastien Vialatte « appelle l’attention de M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité sur la question du positionnement du réseau des missions locales vis-à-vis de l’opérateur unique issu de la fusion ANPE-UNEDIC. Les modalités de collaboration avec l’opérateur unique ne permettent aux missions locales, et donc à leur public, qu’un accès plus limité que précédemment aux offres d’emploi. À ce jour, il semblerait qu’aucune concertation n’ait pu avoir lieu entre ledit opérateur et l’instance ayant en charge le réseau des missions locales au niveau national, à savoir le CNML, Conseil national des missions locales. »

Vu sur le site du CARIF Auvergne

« Selon le CNML, le coût de l'accompagnement d'un contrat d'autonomie - réalisé par des opérateurs privés et publics - serait le double de celui des missions locales : Il faut 5 555 euros dans le premier cas et 550 euros par jeune dans les missions locales. Quoi qu'il en soit, les missions locales rencontrent des difficultés financières, manquent de personnel et pâtissent, d'une baisse de 30% depuis deux ans des crédits alloués par le Fonds social européen (FSE) ».

Vu sur le site de Localtis.info

« … une petite phrase de Laurent Wauquiez prononcée lors d'un chat sur le site de Matignon, le 20 octobre dernier. "Il faut dire les choses clairement. Les maisons de l'emploi ont été créées car on n'osait pas fusionner l'ANPE et l'Assedic. Les maisons de l'emploi apporteront d'autres choses à travers les missions locales et l'orientation", a indiqué le secrétaire d'Etat à l'emploi, en réponse à une question d'un internaute. »

Vu dans un autre article de Localtis.info

« …l'Union nationale des missions locales (UNML) reste inquiète. "Nous souhaitons garder notre indépendance vis-à-vis des maisons de l'emploi et du Pôle Emploi, explique ainsi Christelle Tavares, déléguée générale de l'UNML, car de notre indépendance naît notre approche globale indispensable pour les jeunes." … En revanche, si on nous absorbe, ou si on fusionne avec les maisons de l'emploi ou le Pôle Emploi, l'accent sera mis sur l'accès à l'emploi uniquement et les autres aspects, qui sont primordiaux pour les jeunes, ne seront plus pris en compte."

Dans les réseaux d’accueil, d’information, d’orientation, on constate de plus en plus d’inquiétude. Baisse d’effectif pour les uns, de financements pour d’autres, peur d’une perte d’identité pour les derniers, l’horizon est plutôt sombre.