DBU2060Deux articles de atelier.fr ont attiré dernièrement mon attention. Tout les deux traitaient du recrutement et appelaient à plus de transparence, l’un indiquait la conduite à tenir côté employeur, l’autre parlait du côté candidat.

D’après Corine Zerbib, directrice du site d’information jobetic.net, 75 % des employeurs estiment que les candidats modifient leur CV. Les mensonges les plus fréquents concerneraient les diplômes obtenus, les responsabilités, les entreprises pour lesquelles le candidat a travaillé et l'intitulé du poste. Malheureusement pour les tricheurs, Internet offre de plus en plus de solutions pour vérifier les dires du candidat.

Ce sont souvent les candidats eux-mêmes qui apportent la preuve de leur mensonge par les propos qu’ils tiennent ou les descriptions qu’ils font de leurs parcours au sein des réseaux sociaux. Selon une étude grecque, près de la moitié des recruteurs qui se rendent compte d'un mensonge met directement la candidature à la poubelle.

Mais les employeurs aussi ont intérêt à contrôler leur image. Si les sites où il est possible de noter son patron sont peu courants en France, les candidats parlent de plus en plus du recrutement qu’ils ont vécu sur les réseaux sociaux. Et ces réseaux sociaux peuvent dessiner l’image de l’entreprise !

L’Atelier cite également l'émergence des réseaux sociaux où les postulants peuvent rentrer directement en contact avec leurs recruteurs (le cabinet Ernst & Young sur Facebook, par exemple).

Si les petites annonces et le CV traditionnel sont encore les fondements du recrutement, les réseaux sociaux obligent candidats et employeurs à plus de prudence dans leurs écrits sur Internet, à une époque où l’image que l’on donne de soi peut être un handicap ou un formidable atout.

Côté employeur, comme côté candidat, l'effort à porter aujourd'hui concerne moins la transparence que la cohérence de l’image que l’on donne de soi.



Autres billets traitant d'un thème similaire :

Le magnéto ne s’arrêtera jamais

Votre vie privée est sous les projecteurs