illustrations.frEn novembre 2008, IPSOS a réalisé un sondage afin d’évaluer l’importance de la fracture numérique dans les ZUS (zones urbaines sensibles). Un sondage qui bouscule un peu les idées reçues !

Deux échantillons ont été constitués : l’un représentatif de la population française âgé de 15 ans et plus et l’autre constitué de personnes habitant les zones urbaines sensibles.

Peu de différences dans le niveau d’équipement informatique

69 % de l’échantillon France entière et 63 % de l’échantillon ZUS disposent d’un ordinateur au domicile. 56 % de l’échantillon France entière mais seulement 42 % de l’échantillon ZUS disposent d’une imprimante.

A l’inverse, on trouve des téléphones portables chez 85 % de l’échantillon ZUS contre 81 % de l’échantillon France entière. Les consoles de jeux sont également très implantées en ZUS (43 % contre 39 %).

Un taux d’utilisation d’Internet très proche

61 % de l’échantillon France contre 59 % de l’échantillon ZUS déclarent utiliser Internet. Les 6 points d’écart en matière d’équipement sont donc partiellement compensés. Le public des ZUS fait notamment un usage plus massif des accès Internet publics (27 % contre 9 % pour la moyenne nationale.).

C’est en ZUS qu’est évoqué le plus souvent le motif économique comme raison de non utilisation d’Internet. A l’inverse, l’aspect « menace pour la vie privée » est plus souvent cité par l’échantillon France (14 %) que par l’échantillon ZUS (6%).

Des différences quant aux usages

Les personnes qui se connectent quotidiennement en ZUS sont moins nombreuses : 10 points d’écart entre les 2 échantillons. Mais si on n’examine que les jeunes de 15 à 19 ans, ce différentiel tombe à 2 %.

Certains usages sont très représentés en ZUS : chercher un emploi et faire des recherches liées aux études. A l’inverse, on constate moins d’usages en ZUS pour ce qui est de la consultation des comptes bancaires (-17 points) ou l’achat en ligne (-20 points). Si on compare les deux échantillons au niveau des jeunes de 15 à 19 ans, le téléchargement de musique et les jeux en ligne sont des usages plus fortement plébiscités en ZUS.

Les données fournies par le sondage sont très encourageantes pour les publics les plus jeunes en ZUS. Acheter un ordinateur et surtout le connecter à Internet reste encore un frein important pour les familles les plus pauvres. Il va de soi qu’il faut continuer à encourager les usages, y compris au sein de nos structures, afin de ne pas ajouter à la fracture sociale, une fracture numérique.