Photo Christian BensiTrois sites ont vu le jour récemment pour faciliter le dialogue avec les jeunes. Trois sites et surtout trois approches radicalement différentes. Le plus ancien est lyceepourtous.fr, lancé officiellement le 23 mars. Le blog « jeunes » du Sénat a ouvert ses portes le 31 mars et c’est finalement lagenerationactive.fr qui est le plus récent puisque lancé le 6 avril dernier.

Le site du Sénat... un rythme de sénateur

Le plus atypique est sans doute celui du Sénat. Il a été lancé par Raymonde Le Texier, présidente de la Mission d’information de la politique en faveur des jeunes. Le site démarre le 31 mars mais fait l’objet d’un communiqué de presse seulement le 10 avril, date à laquelle… il cesse toute activité visible. C’est un blog qui tient en une seule page. L’interface est identique à celle du site officiel du Sénat et il faut vraiment savoir que l’on peut réagir aux billets publiés. Les vidéos mises à disposition du public ne peuvent être republiées sur un autre site. A l’exception des deux courtes vidéos de présentation, les 3 autres durent entre 53 minutes et 94 minutes, une durée bien trop longue ! 6 billets ont été publiés pour lancer le débat mais on compte… un seul commentaire.

Une génération active... à condition de s'inscrire

Le site lagenerationactive.fr est celui de Martin Hirsch, haut-commissaire à la Jeunesse. Il a pour but de permettre au grand public de participer à la réflexion de la commission de concertation sur la politique de la Jeunesse. Le site est très traditionnel. La priorité est donnée aux supports textuels. Il n’y a qu'une vidéo en ligne mais elle a été publiée sur Dailymotion et est donc republiable sur d’autres sites. Tout visiteur peut lire les textes mais la participation est réservée à ceux qui s’enregistrent sur le site, une contrainte qui peut nuire à la participation du public et qui n’apporte rien. lagenerationactive.fr est composé de trois rubriques :

  • Rubrique « S’informer ». On y trouve beaucoup d’information et de fichiers Pdf. Ce choix ne permet pas d’accepter les commentaires et donc d’encourager le débat.
  • Rubrique « Participer au débat ». On compte au total 40 contributions émanant de 20 contributeurs différents.
  • Rubrique « Je me prononce ». Deux propositions ont été faites et ont entraîné 5 réactions pour l’une et 10 pour l’autre.

On peut également noter qu’il est possible de mettre une photo dans son profil et qu’on peut noter les propositions, quand on est enregistré.

Le lyceepourtous.fr : un site en phase avec les jeunes

Le site lyceepourtous.fr est celui de Richard Descoings, chargé d'une mission sur la réforme du lycée. Le site de la mission est totalement intégré à l’univers de Google et à cette plate-forme vidéo que les jeunes connaissent bien. Un partenariat a d’ailleurs été signé entre le ministère et le moteur de recherche. La vidéo est très favorisée : 254 vidéos à ce jour peuvent être commentées. Une grande partie de ces vidéos ont été tournées lors des rencontres dans les établissements. Elles sont courtes. Le site appelle aussi les visiteurs à fournir eux-mêmes leurs vidéos pour contribuer au débat.

Au lieu de donner une liste d’établissements et les dates de ses visites, Richard Descoings propose une carte (Google maps) avec des drapeaux pour identifier les lieux. En cliquant sur ces drapeaux on obtient les vidéos qui ont été tournées dans l’établissement concerné. Au total 584 411 personnes ont vu ce site.

Il y a également un compte Twitter mais il n'est pas significatif de la concertation. On trouve aussi un blog avec 13 billets, 69 commentaires et 2 900 visiteurs. Le visiteur peut lancer des thèmes de débat soumis à l’accord d’un comité éditorial. Ce matin, on compte 69 débats, 386 commentaires et 5 981 lectures de commentaires.

Le coté web 2.0 est très marqué mais jamais gadget. Nuages de tags et flux RSS sont présents. On peut s’abonner au site et recevoir par mail la liste des dernières vidéos mises en ligne. L’équipe qui s’occupe du site est très réactive.

Dans un article du Monde du 17 avril dernier, on apprend que « les SMS trouvent place dans certaines réunions organisées dans les lycées. Envoyés par ceux (parents, lycéens ou enseignants) qui n'osent pas prendre la parole, ils sont projetés sur un écran pendant le débat. » et la salle peut réagir. L’article précise que Richard Descoings ne filtre rien et qu’il compte 4 774 « amis » (4 831aujourd'hui) sur Facebook. Un style vraiment très différent !