Informer-autrement.fr Lancée voilà bientôt deux mois, la plateforme de l’Onisep monorientationenligne.fr réalise son premier bilan. Le site Ressources jeunesse l’a publié sur son site.

Amadouer les éventuels opposants

Mon article du 31 mars dénonçait : « une couche supplémentaire pour le mille-feuille de l’information-orientation ». Le bilan décrit dès le départ une opération en partenariat. On y parle des Carif/Oref, du Centre Inffo avec lequel une convention cadre vient d’être signée, des Centres régionaux information jeunesse, des régions…

Le conseiller d’orientation-psychologue est qualifié de « superviseur » qui écoute et guide les experts chargés de répondre « qui détermine selon un protocole rigoureux si l’appel doit faire l’objet d’un transfert pour un rendez-vous dans un CIO ou une mission locale ou une autre structure appropriée. »

Un bilan encourageant

Le bilan a été fait sur la période du 16 mars au 10 avril 2009. 10 500 visites sur le site, ce qui est peu mais c’est un démarrage. 903 courriers électroniques durant cette période, 893 contacts téléphoniques et 593 contacts par chat ce qui est un très beau chiffre surtout si l’on considère que le chat a été ouvert le 23 mars seulement et sur des plages horaires plus réduites (13 h à 20 h).

La durée moyenne d’un contact téléphonique est d’environ 6 minutes, celle d’un chat est de quinze minutes. Quant à la rédaction de la réponse à un mail, elle varie de quinze à quarante minutes.

Ce sont les lycéens et les collégiens qui utilisent le plus le chat. Relativement logique, puisque la messagerie instantanée est plus un outil de jeunes que de parents mais aussi et surtout parce que ce sont les établissements scolaires qui leur facilitent cet accès (CDI, découverte professionnelle). Les demandes émanant des territoires ruraux sont significativement plus importants que ceux émanant des territoires urbains.

Cinq plateformes interrégionales seront implantées

Un dispositif expérimental qui serait déjà en voie de généralisation puisque l’ouverture de Limoges et de Bordeaux est annoncée pour le mois de mai.

A Limoges on parle d’un partenariat avec les Chambres de commerce et d’industrie et les Missions locales. A Bordeaux, on annonce la présence sur la plateforme d’une coordinatrice de la Mission générale d’insertion (MGI) et d’une convention avec le Centre Information Jeunesse Aquitaine (CIJA).

Deux dernières plateformes devraient voir le jour, à la rentrée sans doute, une en Ile de France, une pour Antilles Guyane.

Vers une évolution des pratiques ?

L’Onisep précise que la plateforme « ne se substitue pas à la médiation humaine mais la re-légitime pleinement en distinguant ce qui relève d’une première information personnalisée et ce qui relève d’un accompagnement individuel plus approfondi. »

Il poursuit : « Aussi, n’est-il pas interdit de penser qu’une mise en place généralisée et rapide sur le territoire national serait de nature à provoquer une évolution sensible des pratiques des différents acteurs de l’orientation en milieu scolaire et ce peut-être plus sûrement et durablement qu’une réforme des structures et des missions. » Au moins cela a le mérite d’être clair !

Darcos en tête !

Que ce soit avec Pascal Charvet, Directeur de l’Onisep ou Richard Descoings, Chargé de mission pour les lycées, il est indéniable que Xavier Darcos a pris de l’avance sur son collègue Martin Hirsch sur le dossier de l’orientation.

Toutefois on peut s’interroger sur la multiplication des « guichets uniques » que l’Etat est en train de mettre en place (Maisons de l’emploi, Pôle emploi, plateformes Onisep…) Le Commissaire à la Jeunesse réfléchit-il aussi à un nouveau guichet unique ? Réponse à la fin de ce mois...