Photo de Jahovil sur Flickr Plusieurs médias ont dernièrement relayé l’information suivante : 51 % des Français ont une image négative des jeunes. Une information suffisamment dérangeante qui mérite réflexion.

De quoi s'agit-il ? L’Association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV) a commandé à la société d’études marketing Audirep une étude. Celle-ci a été réalisée du 20 au 29 avril 2009 par Internet auprès d’un échantillon national de 1 000 individus représentatifs de la population française, âgés de 15 ans et plus.

51 % des Français auraient une image négative des jeunes

51 % des Français ont une image négative des jeunes et ne les trouvent pas solidaires. 70 % les considèrent très individualistes. 59 % les trouvent intolérants. Ce sont les 25-54 ans qui sont le plus critique dans l’enquête à l’égard de ces jeunes. Les Français estiment pourtant que l’engagement des jeunes bénévoles dans des actions de solidarité est profitable pour une bonne évolution de la société. Entre 65 et 78 %, selon les domaines, partagent cette opinion. La conclusion de l’étude : « Aujourd’hui il apparaît plus que jamais nécessaire de promouvoir l’action des jeunes afin de sensibiliser l’opinion. »


Mais quelle image donne-t-on de ces jeunes dans les médias ?

Les jeunes ne sont sans doute pas plus individualistes, ni plus intolérants, ni moins solidaires que leurs ainés. Mais lorsqu’on parle des jeunes dans les médias, de qui parle-t-on ? Parle-t-on de ceux qui s’investissent, de ceux qui entreprennent, de ceux qui cherchent à réussir, de ceux qui aident les autres. Non ! Généralement on parle de ceux qui cassent, de ceux qui brutalisent, de ceux qui sont auteurs d’incivilités.

Comme le remarque Philippe Labbé dans un billet traitant de cette même enquête : « …dans le détournement de la conflictualité dont parle Castel, à l’opposition entre catégories sociales proches pouvait être ajoutée celle entre les générations. »



Et bien, pour illustrer cela, on peut lire avec profit l’article du site letelegramme.com qui manifestement joue la guerre des générations.

L’article précise : « le fossé grandissant entre deux générations : les juniors, durement frappés par la crise, et les seniors, au niveau de vie élevé » et un peu plus loin « Les baby boomers, âgés en moyenne de 58 ans, … s'apprêtent à quitter la vie professionnelle, ont un niveau de vie élevé et sont souvent propriétaires de leur logement. »

Peut-on imaginer qu’on trouvera des réponses aux difficultés de notre société en stigmatisant les uns ou les autres de cette façon. Est-ce cela informer ?