Photo Christian Bensi Lorsque l’on parle fracture numérique, on met en avant trois types de public concerné : les personnes âgées, les familles à faibles revenus et les familles sans enfants.

L’accès à Internet reste cher. Certes, le prix du matériel baisse constamment et un marché de l’occasion s’est développé. Mais le coût mensuel de l’accès à Internet est une lourde charge, surtout pour ceux qui n’ont pas accès à l’offre dégroupée.



Christine Boutin, ministre du Logement, va lancer le label LSN (logements sociaux numériques). L’objectif est d’assurer un accès facilité au web dans le parc HLM français. Il s’agirait d’inclure le tarif de l’accès Internet directement dans les charges locatives. Les FAI (fournisseurs d’accès Internet) proposeraient des tarifs particulièrement bas. France Télécom pourrait annoncer un tarif de 7 euros par mois (accès ADSL + téléphone + télévision). Numéricable annoncerait 4 euros. SFR proposerait une offre totalement gratuite mais facturerait les communications téléphoniques. Ces offres pourraient voir le jour dès cet été.

Une expérience de ce type a été mise en place par l’OPHLM « Le toit Angevin ». Ce dernier intègre dans le prix du loyer un supplément de deux euros pour Internet, le téléphone et la télévision sur un parc de 600 logements.

Par ailleurs, d'après Localtis.info, les 4 000 EPN (espaces publics numériques) devraient jouer un rôle clé dans l’aide à la recherche d’emploi. Un projet de formation spécifique pour les animateurs des EPN est prévu. La Délégation aux usages d’Internet (DUI) en partenariat avec la Caisse des dépôts et l’association Créatif va regrouper sur un site portail des ressources utiles à la recherche d’emploi.



Il est essentiel que les familles les plus défavorisées soient encouragées à utiliser davantage Internet. Ces initiatives vont donc dans le bon sens. Espérons tout de même que dans le cas des EPN, on ne cantonnera pas ces familles à la seule recherche d’emploi alors que les Espaces sont capables de les initier à bien d’autres aspects. La formation aux usages du numérique doit devenir une des priorités pour ceux qui ont en charge les publics en difficulté.