Photo de Julie70 sur Flickr Un sondage a été effectué récemment par IPSOS à la demande de E-enfance. Certains éléments de l’étude sont particulièrement intéressants mais certaines interprétations des chiffres tournent à la paranoïa. Rappelons qu’E-enfance est une association qui « conseille en direct les parents et les adolescents qui font part de leurs inquiétudes sur l’internet fixe, le mobile ou les jeux vidéo. »

L’étude IPSOS a été réalisée sur Internet auprès de 500 enfants âgés de 9 à 17 ans. L’appellation « enfants » paraît étonnante pour de jeunes mineurs de 15 à 17 ans. L’échantillon est composé ainsi : 22 % de 9-10 ans, même pourcentage pour les 11-12 ans et les 13-14 ans, 34 % pour les 15-17 ans.

88 % d’entre-eux possèdent une console de jeux. 15 % des enfants de 9 à 10 ans disposent d’un téléphone portable, 56 % des 11-12 ans, 74 % des 13-14 ans et 98% des 15-17 ans.

66 % des 13-14 ans et 74 % des 15-17 ans utilisent la webcam (Médiamétrie annonçait en avril 2008, 43 % des familles équipés d’une webcam).

91 % des 9-17 ans utilisent Internet pour rechercher de l’information, 80 % pour communiquer avec leurs amis, 68 % pour regarder des vidéos, 68 % pour jouer. 53 % des 13-14 ans et 58 % des 15-17 ans animent leur propre blog. 55% des jeunes de 15-17 ans ont un profil sur un réseau social (Facebook ou Myspace.) 7 % des jeunes postent leur propres vidéos sur Internet. On apprend par ailleurs que 61 % des jeunes ont utilisé Internet avant 10 ans.

48 % des jeunes qui ont un téléphone portable envoient des photos ou des vidéos, 34 % communiquent via MSN, Facebook ou autres forums.

Le fait de jouer la nuit lorsque tout le monde est couché est fortement lié à l’âge : 13 % des 9–10 ans, 17 % des 11-12 ans, 26 % des 13-14 ans mais 51 % des 15-17 ans.

Comme je l’ai déjà précisé au début de ce billet, le sondage a pour but de démontrer que les dangers sur Internet sont sous-évalués. Il me semble au contraire que les chiffres sont plutôt rassurants. Un exemple : 96 % des enfants disent que leurs parents leur recommandent de ne pas se rendre à un rendez-vous avec un inconnu sur Internet sans en prévenir un adulte de confiance. Une consigne parfaitement entendue, semble-t-il puisque 80 % des jeunes interrogés refusent en effet d’y aller, 19 % préviennent leurs parents et un autre adulte. 1 % seulement décide de s’y rendre sans prévenir personne. Les parents ont-ils un contrôle aussi efficace quand il s’agit de la vie de tous les jours.

La progression la plus importante, si elle se confirme, semble bien être l’usage de la webcam. Il devient urgent de réfléchir aux usages de la webcam sur les sites Internet de l’information-orientation. Le présentiel à distance pourrait devenir une réalité tangible et plus seulement un espoir.