Illustration Christian Bensi Un des derniers outils lancés par Google pourrait bien fédérer une grande part des commentaires laissés sur le web et permettre à l’omniprésent Google de s’accaparer - un peu plus - de données concernant les internautes.

Sidewiki est un nouvel élément de la barre Google. Grâce à cette fonction, il est possible de déposer un commentaire sur un site, que ce dernier autorise les commentaires, qu’il les modère a priori, voire même s’il ne les autorise pas. Toutes les éventuelles barrières mises en place pour limiter l’expression des internautes seront levées par Sidewiki. L’adoption de cet outil n’est pas garantie mais on connaît le succès des services lancés par Google.

Si l’outil est un succès, on peut imaginer que les internautes commentent moins au sein des interfaces laissés à leur disposition mais directement dans l’outil de Google. Seul inconvénient pour l’instant : il faut avoir installé Sidewiki sur son ordinateur pour pouvoir lire les commentaires des autres. La visibilité des commentaires Sidewiki sera donc moins importante que sur le site lui-même.

Les commentaires générés à partir de Sidewiki peuvent aussi être visibles sur Facebook, Twitter et Google profile.

Quelles seront les conséquences pour les institutions ?

Les sites institutionnels vont devoir s’intéresser à cet outil. Je pense notamment à ceux qui, jusqu’à présent, n’avaient pas prévu les commentaires ou pensaient être protégés par la modération. C’est l’occasion de rappeler que les institutions ne peuvent plus continuer à ignorer ce qui se passe sur le web notamment sur les réseaux sociaux.

Comme à son ordinaire, Google se veut rassurant. Les commentaires injurieux ou diffamatoires seront bloqués automatiquement par un algorithme spécial. Je ne me suis pas risqué à vérifier cette affirmation, ne disposant d’aucun moyen pour supprimer par la suite mon propre commentaire dans le cas où l’algorithme serait moins efficace qu’annoncé !

Google propose à tous les webmasters ou personnes en charge de la modération d’un site de s’inscrire dans le service. Les personnes déclarées verront leurs commentaires apparaître en vert au dessus des autres entrées. Si vous souhaitez faire cette démarche, l’explication est ici.

Ce nouvel outil devrait faire reconnaître sa qualité d’hébergeur à Google. Il sera intéressant d’observer le nombre de demandes de retraits de commentaires. Car, rappelons-le, un hébergeur doit retirer très vite un contenu qui porte atteinte à la loi. Google sera-t-il en mesure de réaqir avec la réactivité exigée ?