Illustrations.fr On a connu l'Age d'or des blogs. Ensuite, les réseaux sociaux sont arrivés. Comme d’ordinaire, certains en ont profité pour annoncer la fin des blogs et le règne sans partage du microblogging, style Twitter. Qu’en est-il vraiment ?

Les moteurs jouent un rôle très important

Voici quelques constats faits sur ce blog et qui corroborent ce que certains bloggeurs dits « influents » affirment aujourd’hui. Ces constats m'ont d'ailleurs amenés à concevoir des formations sur le sujet.

Le blog Informer autrement est né voilà bientôt 4 ans. A cette époque, ce blog était le lieu d’où partaient toutes mes réflexions. Il était fréquenté essentiellement par mon réseau relationnel et par ceux qui, avec le temps, y avaient trouvé de l’intérêt par rapport à leurs pratiques professionnelles. Depuis tout a changé.

Un coup d’œil sur mes statistiques confirme cette impression. 60 % de la fréquentation de ce blog vient de requêtes faites sur les moteurs de recherche. Avec près de 550 billets, les sujets traités sont nombreux, c’est sans doute une part de l’explication. 20 % arrivent ici par le biais des favoris ou en tapant directement l’adresse dans leur navigateur, 20 % viennent d’autres sites dits référents. Parmi ceux-ci, Netvibes apporte 5 % du trafic, Facil’Info, mon autre site, génère 3 %, Facebook amène 2 % et Twitter seulement 1 %. Ces chiffres ne prennent pas en compte les lecteurs qui suivent ce blog par le biais des flux RSS au sein de leur lecteur.

La complémentarité entre les blogs et les réseaux sociaux devient réalité

Les moteurs de recherche, et Google en tout premier lieu, ne souhaitent pas perdre leur position de leaders de la recherche d’information. La manne informationnelle disponible sur les réseaux sociaux n’était jusqu’à présent pas disponible par les moteurs. Ces derniers ont annoncé récemment qu’ils relaieraient dorénavant les informations publiées sur Twitter et Facebook. Quand on sait comment est construit un message sur Twitter (peu de caractères, vocabulaire pas toujours explicite, adresse url « cachée » par les raccourcisseurs, etc.), on peut se demander comment va être évaluée la pertinence des messages par rapport à la requête de l’internaute !

Il semble en fait que blogs et réseaux sociaux jouent de plus en plus la carte de la complémentarité, contraignant les blogueurs à être présent également sur les réseaux sociaux. A Twitter, l’info en temps réel, le scoop, la rumeur, le lien vers une information intéressante. Aux blogs le développement des sujets avec le point de vue détaillé de l’auteur.

La différence entre les sites Internet et les blogs s’estompe

Eric Dupin constate que le nombre de commentaires fait sur son blog diminue et il retrouve cette partie commentaire sur les réseaux sociaux. Là encore, je fais le même constat. En fait les commentaires apportant un éclairage complémentaire se font encore sur le blog, les signes de sympathie sont publiés sur les réseaux sociaux en regard de mes billets.

Readwriteweb.fr reprend une étude publiée par Postrank, une société spécialisée dans la mesure de la répartition d'audience entre blogs et réseaux sociaux. L’étude constate un fort déplacement du lectorat. En 2007, la lecture des blogs se faisait à 80 % sur le site même et en 2009, cette proportion est descendue à 30 %. En 2007, l’audience captée par les réseaux sociaux représentait 1 % de part de marché contre 29 % aujourd’hui.

La lecture des blogs se fait davantage dans la durée

Les billets de blogs ont par contre une durée de vie plus longue. En 2007, 92 % de la lecture des billets se faisait durant la première heure de publication. En 2009, on compte 64 % seulement dans la première journée. Hier centralisé sur un seul support, le message trouve sa force aujourd’hui grâce à sa redondance et donc sa republication automatique au sein des réseaux sociaux. Soigner sa présence sur le web implique d’être actif aussi sur ces réseaux afin d’obtenir une couverture médiatique efficace sur le web.