Site Illustrations.fr Cinq journalistes francophones se sont s’enfermés du 1er au 5 février 2010 dans un gite du Périgord. Ils ont vécu coupés de toutes sources d’information à l’exception de celles diffusées sur Facebook et Twitter. Il s’agissait d’estimer la valeur des informations circulant sur les réseaux sociaux.

Quelques unes des principales conclusions des cinq journalistes :

  • La rapidité de relais de l’information sur Twitter est phénoménale.
  • Twitter est un outil d’alerte que les journalistes doivent intégrer dans leurs méthodes de travail, en plus des dépêches d’agence, de la presse traditionnelle mais aussi des blogs.
  • Le lien direct internautes/journalistes doit permettre aux journalistes d’être plus réactifs sur “l’information de proximité”, où les médias nationaux sont moins efficaces (on ne peut pas être partout).
  • Avec ces réseaux sociaux, le métier n’est pas menacé (comme certains veulent le laisser entendre), il évolue tout simplement.
  • L’information est présente sur Internet. Twitter sert de filtre.
  • La qualité des informations recueillies est très dépendante de la qualité du réseau que l’on s’est constitué mais elle ne dispense pas d’exercer son esprit critique. Un bon réseau est très long à constituer.
  • Ceux que vous suivez influencent votre vision du monde.

Ils ont bien sûr cité l’exemple de cette « énorme explosion » à Lille, le mardi 2 février, qui a alimenté pendant plus d’une heure le flux Twitter. Une énorme explosion qui s’est avérée être un avion passant le mur du son.

Comme le souligne très bien Tristan Mendès France sur son blog, le compte Twitter @MetroFrance en retweetant « Un avion viendrait de se crasher à lesquin » lui a donné du crédit et a enflé la rumeur. Sur ce sujet, la phrase de Benjamin Muller me répondant sur Twitter résume bien l’attitude à adopter dans un pareil cas : « oui intéressant. Dur à vérifier ou infirmer. On doit attendre, juste ça ! » Il n’attendit plus longtemps, ce soir-là. 5 minutes plus tard, le démenti tombait.

Cliquer sur ce lien pour un petit bilan sous forme de bande son de 14 minutes.



Les médias sociaux, les blogs, les journaux citoyens sont bien complémentaires de la presse traditionnelle.

Mais à la lecture d’une enquête TNS Sofres Logica, réalisée en janvier, je suis inquiet pour l’avenir de l’information. 60 % des Français estiment en effet qu’on utilisera moins la presse écrite payante dans 10 ans. 41 % des jeunes de 18-24 ans sont optimistes pour l’avenir de la presse écrite… gratuite.

Qui paiera donc pour la presse d’investigation, une presse indispensable pour connaître l’envers du décor. Fût un temps, Agoravox, le media citoyen s’y était intéressé. Le projet n’a jamais pu aboutir.