Photo Bunchadogs & suzan Une étude récente a été réalisée par Fréquence écoles, association lyonnaise qui oeuvre dans le domaine de l'éducation aux médias. L’enquête porte sur les pratiques Internet de jeunes habitant la région Rhône-Alpes, âgés de 8 à 18 ans. Loin de surfer sur la vague actuelle qui consiste à présenter Internet comme un endroit particulièrement malsain pour les jeunes, les deux auteures livrent leurs sentiments et leurs analyses.

Une étude qualitative a été réalisée auprès de 48 jeunes qui a permis la réalisation d’un questionnaire soumis à un échantillon de 1 000 jeunes. Le rapport complet de l’étude (128 pages) est aussi disponible.



Un effort particulier a été fait pour couvrir les différents profils de population bien que cette étude ne porte pas sur un échantillon représentatif. La précision des chiffres n’est absolument pas avérée, mais les tendances méritent d’être examinées et l'étude qualitative est en ce sens particulièrement instructive.

75 % des jeunes discutent sur Internet

Sur Internet, 91 % des jeunes de l’échantillon regardent des vidéos et écoutent de la musique, 82 % jouent, 78 % font des recherches personnelles, 75 % « discutent », 74 % font des recherches pour l’école.

Les jeunes semblent bien maîtriser leur navigation même si leurs connaissances d’Internet sur le plan technique ne sont pas toujours solides.

Les enfants et les adolescents (jusqu’au lycée) ont des consignes précises quant à leurs pratiques du Web au domicile. 60 % des jeunes se connectent dans un espace tranquille de la maison, leur chambre généralement. Mais ce fort pourcentage concerne essentiellement les plus âgés, pour les plus jeunes, l’ordinateur est davantage situé dans un espace plus fréquenté.

Les jeunes partagent des moments avec leurs amis sur Internet (81 %) mais aussi avec leurs frères et soeurs (67 %), leurs mères (46 %), leurs pères (34 %). 90 % des jeunes vont sur Internet au moins une fois par semaine et 45 % se connectent tous les jours ou presque. 1 % n’a jamais navigué sur le Web.

Des jeunes conscients des risques

On constate un fléchissement de MSN et des blogs au profit de Youtube et de Facebook : 86 % ont un compte Facebook. Les jeunes renforcent leur position de consommateurs et de communicants et sont moins producteurs de contenus.

83 % ont fait une expérience négative sur Internet et 86 % considèrent qu’il est important d’avertir les jeunes des risques sur Internet. Mais les auteures constatent des remarques nombreuses concernant l’exagération ressentie par les jeunes dans ce domaine. Près de 2 jeunes sur 3 ne discutent pas avec des inconnus. L’enquête précise que la plupart des inconnus rencontrés le restent ou que ces rencontres donnent des relations éphémères et peu approfondies.

L’étude rappelle que les contenus violents accessibles sur Internet ne sont qu’un cas particulier du paysage audiovisuel ultra-violent auquel sont confrontés les enfants, notamment à travers la télévision. Aux yeux des parents, un même fait semble plus grave s’il se produit via Internet.

Les parents sont particulièrement méfiants quant à la dimension relationnelle d’Internet. On parle ici de la mauvaise rencontre, en sous-entendant pédophilie. Quant à ce qui leur apparaît comme positif, c’est nettement la dimension « sérieuse » d’Internet : outil de connaissance et de soutien scolaire.