Photo de Coopératique sur FlickrIncroyable ! C’est un porte-parole de Facebook qui l’affirme, après une énième mise en cause du réseau social, « la bonne utilisation d’Internet devrait être enseignée aux enfants dans le cadre familial et scolaire ».

Encore un incident !

Sur le site zigonet.com, on explique la malencontreuse aventure qui est arrivée à Rebecca Javeleau. Souhaitant inviter ses amis pour son anniversaire, elle a créé un évènement Facebook. Au bout de quelques heures, 21 000 personnes s’étaient inscrites à sa petite fête.

L’erreur de Rebecca !

Lors de la création de l’évènement, elle avait laissé cocher la case « Tout le monde peut voir et répondre ».



faceb1.JPG



En faisant cela, elle a invité les 500 millions d’utilisateurs de Facebook à son anniversaire. Certes, on peut imaginer qu’une grande partie des 21 000 utilisateurs qui se sont invités à l’évènement avait compris la méprise et ont trouvé cela fort drôle.

Mais les apéros Facebook ont laissé des traces et l’affaire est prise au sérieux par la police locale qui craint, malgré la suppression de l’évènement, que certains utilisateurs du réseau social viennent faire la fête dans la ville où est domiciliée Rebecca. La jeune fille avait bien sûr donné son adresse lors de la création de l’évènement comme l’y encourage Facebook (voir capture).

Que peut-on tirer comme conclusion de cet incident ?

On peut s’étonner que le caractère public de la manifestation soit coché par défaut alors que Facebook s’adresse à des particuliers qui sont à l’origine d’un grand nombre d’invitations privées. S’il revient au secteur public d’enseigner les usages d’Internet, on peut imaginer qu’il revient à Facebook de mettre en garde ses utilisateurs quant à la mauvaise utilisation des fonctionnalités de son réseau.

Pourquoi dans les « Paramètres de confidentialité », Facebook propose-t-il que les informations de son profil et autres photos soient accessibles à « tout le monde », aux « amis de mes amis » (ce qui peu ou prou revient au même) ou aux « amis seulement ». Les options les plus prudentes et notamment le paramétrage de droits pour des listes d’amis sont accessibles par le choix « personnaliser », une appellation pour le moins peu signifiante.

Le secteur public doit relever ce défi

Quoi qu’on pense de ce réseau social, on est obligé de constater que son succès va grandissant. L’attitude la plus prudente consisterait à supprimer son compte, une possibilité qui n’est même plus présente dans l’aide ou dans les fonctionnalités du compte. Seule façon : tapez l’adresse suivante dans votre navigateur : https://ssl.facebook.com/help/contact.php?show_form=delete_account Il est urgent de former les animateurs, éducateurs, parents et enseignants aux méandres de Facebook et que tous ces acteurs soient suffisamment formés pour répondre aux demandes de conseils de la part des jeunes.

Pour ma part, j’anime des formations concernant ce réseau social et je mets en place » une procédure de veille permanente, Facebook étant en perpétuel mouvement et modifiant ses modes d’accès et ses règles de fonctionnement en permanence. Il est urgent de se préoccuper de l’utilisation de ce réseau social. Il est urgent aussi de s’occuper davantage de l’e-réputation et d’en débattre avec les plus jeunes.