Photo de Marie-Lan Nguyen sur wikimedia Depuis plusieurs semaines, l’activité du délégué à l’information et à l’orientation (DIO), Jean-Robert Pitte, s’intensifie. Le DIO a été auditionné par le Sénat, ce 13 octobre. Jean-Robert Pitte en a profité pour parler de son souhait de voir naître un « Plus belle la vie » sur les métiers et l’emploi. Mais surtout il veut multiplier les « lieux uniques » sur le territoire et leur offrir un label.

Le DIO se fixe deux missions prioritaires : la mise en place d’un service national dématérialisé d’information et d’orientation et la labellisation des différents organismes qui œuvrent à l’orientation tout au long de la vie.

La définition du service dématérialisé est encore peu précise. S’agit-il de reprendre les plateformes de l’ONISEP et d’y associer les personnels d’autres réseaux ou le projet est-il plus ambitieux ?

En ce qui concerne la labellisation des structures, le DIO annonce la sortie prochaine d’un décret définissant les grandes lignes. Mais de quels labels s’agit-il : celui des structures ou celui des lieux uniques ?

Les labels de lieu unique seront délivrés par les comités de coordination régionaux de l’emploi et de la formation professionnelle sous l’autorité du préfet et du président de région. Comme le précise dans un billet Michel Abhervé, c’est une avancée. Jusqu’à présent c’était la seule responsabilité de l’Etat qui était mise en avant. Voilà une confirmation du partage actuel des responsabilités dans le secteur de l’information-orientation.

Le label sera accordé pour trois ans. Après expertise et enquête auprès des usagers, il sera décidé de maintenir ou de supprimer ce label.

Le DIO précise qu’il « n’est pas toujours nécessaire de fusionner des structures existantes ». Ces fusions ne sont certes pas à l’ordre du jour pour les structures nationales : Onisep, CIDJ et Centre Inffo. Mais qu’en sera-t-il pour les structures locales ?

Pour illustrer ces rapprochements, Jean-Robert Pitte cite la Cité des Métiers de la Villette et l’initiative du CIO de Saint-Dié dans les Vosges.

Jean-Rober Pitte pense par ailleurs que les conseillers d’orientation-psychologues ne peuvent résoudre seuls les problèmes d’orientation. Il affirme : « la formation sur les métiers des COP se résume à trois mois de stage, sinon ce sont des psychologues. »

Deux jours plus tard, le DIO intervenait lors de l’assemblée générale de l’association nationale des directeurs de CIO. Il s’est engagé à maintenir l’effectif des conseillers si les CIO prouvent qu’ils rendent des services spécifiques.

On évite pour l’instant de parler des sujets qui fâchent (le financement). Regrouper des structures dans un même lieu coûte de l’argent. Certaines collectivités se souviendront sans doute des difficultés budgétaires qu’elles ont rencontrées pour les Maisons de l’emploi, des lieux uniques aussi !