Photo e-cathedra sur Flickr Comme chaque année depuis 8 ans, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) et le Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) ont confié une enquête concernant la diffusion des TIC en France au Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc).

Cette 8ème enquête annuelle a été réalisée en juin 2010 par entretien en face à face auprès d’un échantillon de 2 230 personnes représentatif de la population Française de 12 ans et plus. Le rapport fait 231 pages. J’aborderai aujourd’hui tout ce qui a trait à la téléphonie, un prochain article traitera de l’usage d’Internet.

Baisse d’équipement en téléphonie fixe sur Paris et l’Ile de France

87 % des personnes interrogées disposent d’au moins une ligne en téléphonie fixe (88 % en 2009). Sont particulièrement équipés les très jeunes (94 % pour les 12-17 ans), les plus de 70 ans (96 %), les plus hauts revenus (95 %).

Les plus faibles taux d’équipement se trouvent chez les bas revenus (69 %) et les personnes qui vivent seules (75 %). C’est chez les non-diplômés et les habitants de Paris et de son agglomération que la baisse d’équipement par rapport à 2009 est la plus notable : moins 6 points.

L’usage de la téléphonie par le biais d’une box est en progression de six points par rapport à 2009. 72 % des 12-17 ans téléphonent par le biais d’une box contre seulement 18 % pour les plus de 70 ans. Le plus fort taux d’équipement en box est constaté dans les familles de quatre personnes, les personnes les plus diplômées et les plus favorisées.

Envolée du nombre de SMS, surtout chez les plus jeunes

83 % des personnes interrogées disposent d’un téléphone mobile (82 % en 2009). 84 % des 12-17 ans sont équipés. Il serait intéressant de constater le taux d’équipement pour les moins de 12 ans qui doit être désormais très significatif. Les taux d’équipement les plus forts se rencontrent chez les 18-24 ans (98 %) et les 25-39 ans (97%). Belle progression chez les plus de 70 ans (+ 6 points) mais leur pourcentage reste inférieur à la moyenne (48 %). La progression des non-diplômés est identique : leur équipement atteint aujourd'hui 62 %.

Alors qu’elles ne représentent que 26 % de la population, les personnes âgées de plus de 60 ans représentent 59 % des personnes non équipés. On trouve aussi davantage de femmes, de personnes avec un niveau d’études très bas et de faibles revenus chez les non-équipés.

Parmi les possesseurs de téléphone mobile, 73 % envoient des SMS. Si 97 % des 12-17 ans et des 18-24 ans en envoient, le chiffre diminue avec l’âge jusqu’à atteindre 19 % pour les 70 ans et plus. 50 % des moins diplômés en envoient contre 80 % des diplômés du supérieur. Le nombre de SMS envoyés chaque semaine passe en moyenne de 30 en 2009 à 57 cette année. Ici encore on constate une forte disparité liée à l’âge. Parmi ceux qui envoient des SMS, les 12-17 ans en envoient 182 par semaine, les 18-24 ans en envoient 114. Mais seulement 30 SMS par semaine pour les 25-39 ans et moins de 4 à partir de 60 ans.

Le téléchargement d’applications pour mobile reste marginal parmi les équipés de téléphonie mobile : moins d’une personne sur 10 est concernée. 17 % des adolescents et 18 % des 18-24 ans en téléchargent.

15 % des possesseurs d’un téléphone mobile surfent sur Internet et 11 % consultent leurs mails. Ce sont les jeunes adultes qui sont le plus coutumiers du surf : 30 % des 18-24 ans le font, 26 % des étudiants et 24 % des adolescents. Pour ce qui est de consulter ces mails, cette pratique est plus ancrée chez les cadres supérieurs, les plus diplômés, les habitants de Paris et sa région. En un an, la progression pour ce type d’usage est faible (+ 2 à + 3 %).

La téléphonie évolue peu et ses usages en mobilité restent marginaux, quoi qu’on en dise.