Photo Jean-Louis Paquay sur Flickr L’étude EU Kids online, menée dans 25 pays européens, a été rendue publique le 13 janvier 2011. Cette enquête, financée par la Commission Européenne, a été réalisée au domicile de 25 140 internautes européens âgés de 9 à 16 ans, utilisateurs d’Internet. Un de leurs parents était également questionné. L’étude démontre que les risques rencontrés sur Internet sont moins importants qu’on ne le croit souvent et moins traumatisants qu’on ne l’imagine. Mais une attention particulière doit être portée aux plus jeunes.

Un quart des 9-10 ans ont un profil sur un réseau social

L’âge moyen du premier accès à Internet est de 8 ans dans plusieurs pays européens, 9 ans en France. Un tiers des 9-10 ans sont en ligne tous les jours. Ont un profil sur un réseau social 26 % des 9-10 ans, 49 % des 11-12 ans, 73 % des 13-14 ans, 82 % des 15-16 ans.

La sexualité dévoilée n’est pas toujours perturbante

Les enquêteurs ont demandé aux jeunes s’ils avaient rencontrés des risques en ligne et si cela les avait tracassés. Le terme « tracassé » est défini ainsi : « qui te fait te sentir mal à l’aise, perturbé ou qui te laisse penser que tu n’aurais pas dû voir cela. »

Un huitième de ces jeunes ont vu des images sexuelles ou ont reçu des messages sexuels sans que cela les tracasse. 2 % disent avoir été assez ou très perturbés par ce qu’ils ont vu, essentiellement les plus jeunes enfants. Seule la moitié de ceux qui ont été confrontés et tracassés par ces images en ont parlé à une personne de leur entourage.

Le fait de recevoir des messages blessants ou agressifs est le risque le moins fréquent (6 %) mais pour plus de la moitié des jeunes cela occasionne de la souffrance. 6 % des jeunes ont été menacés en ligne mais l’étude précise que les menaces hors Internet sont bien plus fréquentes.

Des parents pas forcément conscients

Tous les risques auxquels sont confrontés les jeunes augmentent avec l’âge : 14 % des 9-10 ans pour 63 % des 15-16 ans.

9 % des jeunes ont rencontré en face à face une personne découverte en ligne dans l’année qui précédait l’enquête. 11 % de ces jeunes en ont été perturbés. C’est essentiellement le sentiment d’enfants de 9-10 ans. 52 % des parents des jeunes qui ont reçu des messages sexuels pensent que cela ne leur est pas arrivé. Il en est de même pour 61 % des parents dont les enfants ont rencontré en face à face une personne rencontrée en ligne.

La restitution de l’étude ne permet pas toujours de comprendre si les plus jeunes sont véritablement accompagnés dans leurs pratiques par leurs parents et dans quelle proportion.

Les plus jeunes ne sont pas assez accompagnés par la sphère éducative

La moitié des jeunes pensent que leurs enseignants se préoccupent de leurs usages d’Internet et 73 % pensent qu’ils prodiguent des conseils quand on s’adresse à eux. Mais l’engagement des enseignants est reconnu comme faible auprès des 9-10 ans.

20 % des jeunes utilisent les informations venues des médias et 12 % seulement sont allés chercher conseil sur un site Web. Par ailleurs, les parents souhaiteraient être davantage informés des dangers de l'Internet.

Dans ses conclusions, l’étude considère que l’école pourrait être un bon lieu pour informer enfants et parents. Les politiques de sécurité devraient se concentrer sur les plus jeunes des internautes et ce dès le niveau primaire.