Photo Robert Scoble sur Flickr La semaine passée, une information a beaucoup circulé. Facebook permettait de transformer un profil Facebook en page Facebook. Rappelons que d’après les Consignes générales d’utilisation (CGU), seule une personne physique peut avoir un profil, les structures doivent recourir exclusivement aux pages.

Nombre d’organismes sont aujourd’hui présents sur Facebook avec un profil. Les raisons sont multiples.

  • Ils ne savaient pas que les pages existaient quand ils ont créé leur profil professionnel.
  • Certaines fonctions disponibles sur les profils ne sont pas accessibles sur les pages ; la discussion instantanée, la possibilité d’envoyer un message… Ils ont donc choisi de créer un profil volontairement. Ils se sont dit que Facebook ne supprimerait pas leur compte.
  • Ils savaient qu’il est plus difficile d’obtenir des fans sur une page que des amis sur un profil. Ils ont choisi le système le plus efficace.

Respecter les CGU de Facebook sans perdre les amis de son profil

Dès lors abandonner son profil pour créer une page tentait une minorité d’organismes et ce, malgré le risque de fermeture du compte. Certains finissaient bien par créer une page mais conservaient leur profil.

L’annonce de Facebook semblait alléchante. Facebook signalait que la page créée lors de la migration conserverait tous les « amis » du profil en les transformant en fan. Certes le réseau social indiquait que l’ensemble des données (messages, photos et autres conversations) seraient perdues, mais la perspective de pouvoir conserver l’intégralité des relations tissées était attrayante. Cette solution était particulièrement intéressante pour les profils de structure qui approchaient du chiffre maximum pour un profil de 5 000 amis.

Facebook pourrait ainsi proposer une solution à ceux qui enfreignaient ses CGU sans être obligé de recourir à la fermeture de leur compte.

Facebook a fermé son service de migration le 1er avril

Mise à jour : Le service a été réactivé depuis mais la plus grande prudence reste requise. Les limitations et autres difficultés restent d'actualité.

Suite aux multiples dysfonctionnements signalés, Facebook ne donne plus accès à son service de migration.

Le nom de l’ancien profil n’est pas toujours récupérable lors du transfert vers une page et donc l’ancienne adresse web est également perdue. On imagine la réaction de ceux qui se sont trouvés confrontés à cette difficulté alors que la migration est un acte irréversible.

Il est impossible de raccrocher un profil à ce nouveau type de page. D’après les différents témoignages, il est également impossible d’utiliser pour la page les adresses mails qui étaient enregistrées pour le profil ni l’éventuel numéro de téléphone.

Une fois certains de ces dysfonctionnements corrigés, Facebook proposera-t-il à nouveau son système de migration ?

C’est très possible. Supprimer des comptes pour faire respecter ses CGU est une solution inélégante et dangereuse si elle est appliquée massivement. Soit Facebook renonce à l’application de ses CGU, ce qui est peu probable, soit le réseau social trouve une solution pour une migration en douceur.

Page ou profil Facebook : une question cruciale pour les organisations

Les profils avaient permis de tisser des liens très personnels entre les amis et le gestionnaire du profil. Devenir fan d’une page alors qu’on était ami d’un profil n’est pas de même nature.

S’il n’y a plus de risque à créer un profil, on peut imaginer qu’un grand nombre d’organismes commenceront par s’exercer au profil avant de migrer. Il faudra donc que ce service soit proposé pour une durée limitée afin de ne pas induire des comportements que Facebook réprouve.