Photo de Equinoxefr sur Flickr En partenariat avec la MAIF et la MGEN, l’ONISEP a commandé à Harris interactive une enquête auprès de 500 lycéens. Il s’agissait d’identifier l’état d’esprit des lycéens face à leurs choix d’orientation, les critères de leurs choix et d’analyser leurs aspirations pour leur vie professionnelle future. Elle a été réalisée du 4 au 14 novembre 2011 par Internet. Précisons qu'il aurait été préférable que cette étude vise l'ensemble des lycéens et pas seulement les internautes.

Quand on les interroge, le mot le plus cité est le mot « travail ». Dans une moindre mesure, on trouve aussi : études, bts, métier, choix et avenir. Le mot « difficile » revient aussi très souvent.

Quand ils s’imaginent après le lycée, ces jeunes pensent davantage au métier qu’ils exerceront (57 %) qu’aux études qu’ils vont poursuivre. 95 % des lycéens ont déjà réfléchi à ce qu’ils feront plus tard et même 58 % ont une idée assez précise. 72 % ont une idée précise de la formation qu’ils veulent suivre. 73 % ont une idée précise du métier qu’ils souhaitent exercer plus tard. Les filles sont toujours plus nombreuses à avoir une idée précise que les garçons.

Des lycéens ni vraiment confiants, ni vraiment inquiets

Quand ils pensent à leur orientation scolaire, un tiers se sent confiant, un tiers se sent inquiet, un tiers se sent ni confiant ni inquiet.

59 % des lycéens s’estiment bien informés. Comme d’ordinaire le lien entre peur et sentiment de sous-information est avéré. Fort logiquement 83 % des plus confiants s’estiment bien informés et 68 % des plus inquiets s’estiment mal informés.

La famille arrive en tête quand on parle des principaux appuis des lycéens dans leurs choix d’orientation :

Cliquer pour agrandir

Le CIDJ n’étant implanté qu’à Paris, il aurait été souhaitable d’utiliser l’appellation « structures d’information » plus large mais plus significative ici.

C’est en classe de seconde que le conseiller d’orientation est le plus cité (32 %) et en terminale qu’il l’est le moins (11 %).

64 % des lycéens interrogés privilégient une formation plutôt spécialisée pour trouver un métier rapidement plutôt qu’une formation généraliste pour se laisser le temps de choisir. 68 % des lycéens ont une bonne image de l’université.

Leurs critères de choix en matière d’orientation sont fonctions de :

Cliquer pour agrandir

L’épanouissement (61 %) et la rémunération (53 %) sont les deux critères les plus importants pour une majorité de filles lors du choix d’un métier. Les garçons ont les mêmes priorités mais les deux critères s’inversent. La rémunération recueille 54 % des suffrages et l’épanouissement seulement 47 %.

Des choix de métier très différents selon que l’on est un garçon ou une fille

Les filles sont attirées en priorité par les métiers de la santé et du social, du marketing et de la publicité, de la communication et du journalisme. Les garçons sont attirés en priorité par les métiers de l’informatique et des télécoms, de l’électronique et de la mécanique, du sport, des loisirs et du tourisme.

Dans cette étude très complète, de nombreux tableaux croisés permettent de juger du poids du sexe, de l’âge, des catégories socio-professionnelles du père et de la mère, de la région d’habitation, de la filière dans laquelle les lycéens sont scolarisés, etc. L’étude complète est disponible ici.