Photo Christian Bensi Pitney Bowes a mené un sondage auprès des citoyens européens et américains pour évaluer leurs sentiments face à l’e-administration.

85 % des personnes interrogées pensent que les messages importants de l’administration doivent être acheminés par courrier. Le courrier est toujours perçu comme plus formel et ayant plus de poids que les e-mails. 75 % des citoyens craignent que des messages importants envoyés par e-mail soient traités par les messageries comme du courrier indésirable. S’ils souhaitent majoritairement recevoir les communications importantes par courrier, ils sont plus souvent favorables à ce qu’on leur laisse la possibilité de répondre par mail ou par Internet.

La demande d’entretien en face à face est nettement plébiscitée lorsqu’il s’agit d’ordre public, d’éducation ou de santé.

77 % des citoyens craignent que les gouvernements ne mettent à l’écart les personnes les plus vulnérables dans la société en ayant trop souvent recours au numérique. L’étude rappelle que 30 % des Français n’ont pas accès à Internet.

93 % des citoyens pensent que les communications du gouvernement sont plus efficaces quand elles offrent le choix sur la manière de les recevoir.

Cela ne veut pas dire que les personnes interrogées sont hostiles au numérique. 56 % sont d’accord pour dire qu’encourager les communications en ligne est une bonne stratégie.

La communication de l’administration, réalisée exclusivement en ligne, n’est pas espérée par les citoyens. Les résultats montrent clairement que l’administration publique doit adopter une approche multicanal dans ses communications et offrir aux citoyens choix et facilité d’utilisation.

Le sondage Pitney Bowes est disponible ici.