Photo sur Flickr de Emerson Alecrim Ce billet est consacré à un état des lieux de la téléphonie en France. Il constitue un autre volet de l’enquête 2011, réalisée par le Crédoc, concernant la diffusion des TIC en France. La méthodologie et les résultats concernant l’accès à Internet ont été traités dans ce précédent billet, les usages d’Internet par la population dans celui-ci.

Le taux d’équipement en téléphonie fixe progresse de 2 points pour s’établir à 89 %. 80 % de ceux qui disposent d’un téléphone fixe disposent aussi d’une connexion à Internet.

74 % des français disposent à la fois d’un téléphone fixe et d’un téléphone mobile. 1 % n’ont aucun téléphone, un chiffre stable.

Les faibles revenus privilégient le mobile, les non-diplômés privilégient le fixe

Les personnes aux revenus les plus bas sont de loin les moins équipés en téléphonie fixe (61 %). Le taux d’équipement de cette catégorie diminue de 8 % en un an alors que ce même public augmente son équipement en téléphonie mobile de 8 %.

Si 58 % des Français recourent à une box pour téléphoner à partir d’une installation fixe, ils ne sont que 27 % pour les plus bas revenus. Le recours à la box diminuent fortement chez les plus pauvres (- 5 %) et est en progression chez les non-diplômés (+4 %).

85 % des personnes interrogées (+ 2 %) disposent d’un téléphone mobile. Les moins équipés sont les plus âgés (47 %) et les non-diplômés (59 %). Les non-diplômés sont moins équipés en téléphonie mobile qu’en 2010 (- 3 %).

Une progression du nombre de SMS envoyés

24 % naviguent sur Internet à partir de leur portable (au lieu de 15 % en 2010). 17 % de la population disposent d’un smartphone soit 20 % de ceux qui disposent d’un mobile. La diffusion du smartphone est très inégalitaire. Ce sont les cadres, les moins de 40 ans, les plus diplômés, les meilleurs revenus et les hommes qui sont le plus équipés. La possession d’un smartphone dope les usages. 96 % des possesseurs d’un smartphone envoient des SMS contre 66 % des possesseurs d’un mobile classique.

Pour les SMS, on constate une baisse du nombre de pratiquants mais une augmentation du nombre de messages envoyés. De plus en plus, un même message est envoyé simultanément à plusieurs destinataires (pratique des plus jeunes essentiellement). Chaque émetteur de SMS envoie en moyenne 75 SMS par semaine. Les femmes envoient plus de SMS que les hommes (87 contre 62). Il y a de grosses disparités liés à l’âge et ces disparités se renforcent : les plus âgés envoient cinq SMS par semaine tandis que les plus jeunes en émettent 250.

Ce sont les plus jeunes et les plus diplômés qui téléchargent le plus d’applications pour leur mobile. Le fait de regarder la télévision sur son téléphone mobile est marginal (8 % des possesseurs de mobiles).

24 % des Français se connectent à Internet à partir de leur téléphone mobile. Cette pratique vient quasiment toujours en complément d’une connexion à domicile. 19% consultent ses e-mails au lieu de 11 % en 2010.

Pour les mobinautes, la géolocalisation génère de l’inquiétude : 81 % des possesseurs d’un téléphone mobile souhaiteraient avoir la possibilité d’interdire la transmission de leur localisation à des entreprises commerciales. La plus forte progression de cette inquiétude est constatée chez les plus jeunes.

Il sera intéressant de vérifier en 2012, si la forte tendance des plus pauvres à abandonner le téléphone fixe au profit du mobile se poursuit. Eu égard à la faiblesse de leurs moyens financiers, on peut imaginer que peu d’entre eux seront possesseurs d’un smartphone. Ce choix pourrait donc les éloigner durablement d’Internet.

L’étude de 244 pages du Crédoc est disponible ici.