Photo Alain Bachellier sur Flickr Les adolescents privilégient les rencontres en présentiel. Ils se sentent plutôt bien dans leur peau et aspirent à devenir des adultes. Voilà deux des constats du dernier « baromètre Bien-être des adolescents » réalisé par Ipsos Santé pour la fondation Pfizer. L’étude porte sur 807 adolescents de 15 à 18 ans et 822 adultes de 25 ans et plus interrogés par Internet.

Par rapport à 2011, 71 % des adolescents déclarent se sentir bien à l’école (+ 8 %). 73 % se déclarent satisfaits de ce qui leur arrive en 2012 (+ 6 %).

25 % se sentent mal dans leur peau, un chiffre non négligeable mais qui accuse une diminution de 8 % par rapport à l’année passée.

Un décalage important entre le sentiment des adolescents et l’impression des adultes

74 % des adultes jugent que les adolescents sont mal dans leur peau, soit un chiffre trois fois supérieur à la réalité.

73 % des adolescents déclarent avoir envie de devenir adultes. Seulement 38 % des adultes ont ce sentiment.

3/4 des adultes pensent que les adolescents ont le sentiment de ne pas avoir besoin d’eux alors que seuls 15 % des adolescents sont en accord avec cette affirmation. Les adolescents qui estiment ne pas avoir besoin des adultes sont des adolescents qui expriment plus souvent du mal-être.

Les adultes souhaiteraient davantage d’échanges avec les adolescents et même une majorité d’entre eux pensent que les adolescents apportent énormément aux adultes de leur entourage.

Les parents, ces personnes dont ils ont le plus besoin

Les adolescents déclarent avoir besoin de leur mère à 92 % et de leur père à 74 %. Les amis arrivent à la troisième place avec 69 %. Les adultes pensent que les adolescents placent leurs amis en premier.

Le décalage entre le besoin du père et de la mère est lié à la présence du père dans le foyer. Lorsque le père est présent le pourcentage monte à 86 %. Il tombe à 47 % lorsque le père n’est pas présent. Le père contribue au bien-être des adolescents. Les adolescents qui obtiennent un score de bien-être supérieur à la moyenne citent le père plus souvent (83 %) contre 57 % des adolescents ayant un score de bien-être faible.

Les adolescents pensent que les adultes doivent leur apporter en priorité :

  • Le respect des autres
  • L’honnêteté
  • La confiance en soi.

Les adultes privilégient aussi dans leur choix de transmission le respect des autres et l’honnêteté mais place en troisième le goût de l’effort. 6 % des adolescents disent ne rien attendre des adultes.

Les adolescents qui vont mal privilégient les technologies

Les adolescents s’orientent vers des médias interactifs qui leur permettent de garder le contact avec leurs pairs. Un adolescent reçoit et émet chaque jour 83 SMS. Il aura reçu des posts ou contacté chaque jour 15 amis par le biais des réseaux sociaux.

Mais ces rencontres virtuelles ne se substituent pas aux rencontres en présentiel, elles les complètent. Les adolescents rencontrent physiquement chaque jour deux fois plus d’amis que les adultes. Ils consacrent à ces rencontres physiques 2 h 30 chaque jour et seulement 1 h 15 à leurs rencontres via les réseaux sociaux.

On constate à nouveau que ce sont les adolescents qui vont mal (score de bien-être faible) qui surinvestissent les technologies au détriment de leurs relations en face à face.