Photo Blogee.net sur Flickr Trois études publiées cette semaine montrent que les usages à partir d’une tablette ou d’un smartphone progressent fortement. Cette consultation se fait souvent à partir du domicile. La forte croissance des réseaux sociaux n’est sans doute pas étrangère à cette progression.

Une étude de AT Internet, réalisée du 1er avril 2010 au 31 mars 2012 sur un périmètre de plus de 4 000 sites Web et 100 applications révèle un essoufflement de la fréquentation des sites Web. Une baisse est particulièrement constatée sur le mois de mars (plus de 5 %).

A l’inverse, l’utilisation des applications est en plein essor : près de 58 % de progression entre mars 2012 et mars 2011. 62% des applications ont un trafic qui progresse. 25% des applications enregistrent même une hausse supérieure à 100%.

L’enquête REC+ de l’institut d’études marketing GFK va dans le même sens. Alors qu’on a enregistré en 2010 la vente de 440 000 tablettes et d’1 500 000 en 2011, GFK prévoit 3 millions de tablettes vendues en 2012. Ce sont les tablettes de 9 pouces et plus qui enregistrent les plus fortes ventes (78 %). Dans seulement 19 % des cas, ces tablettes sont équipées en 3 G.



GFK confirme que les usages sont proches de celui d’un PC mobile au sein du cadre résidentiel. En effet, 81 % du temps d’utilisation se fait au sein du domicile. En moyenne une tablette est utilisée 1 h 10 par jour. 19 % du temps passé est réservé au jeu vidéo, 16 % au visionnage de vidéos et 15 % à l’écoute de musique.

Une étude Ipsos commandée par l’opérateur Prixtel révèle que les 16-24 ans sont les plus gros consommateurs de data avec plus de la moitié se connectant quotidiennement à Internet via leur téléphone mobile. 57 % de ceux qui ne disposaient pas d’Internet sur leur mobile avaient entre 45 et 64 ans tandis que 6 % seulement étaient âgés de 16 à 24 ans. Les usages au domicile représentaient 55 % des usages du smartphones d’après une autre étude de septembre 2011.



Il est donc essentiel aujourd’hui, pour tous les sites web, de proposer des formats de contenu adaptés aux terminaux mobiles, sous peine de perdre une partie de leur audience.