Boule_cristal.jpg Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche fait réaliser régulièrement une enquête auprès des bacheliers inscrits en première année à l’université. Après les enquêtes de 2002 et de 2006, la dernière date de novembre 2011 et porte sur un échantillon de 1 500 étudiants. Ces enquêtes étudient notamment les méthodes utilisées pour choisir une orientation et la satisfaction pour la formation obtenue. Ces études ont lieu à partir d’entretien en face à face.

Un bachelier sur quatre rentre en licence en 2011 au lieu d’un bachelier sur trois en 2006. 40 % des bacheliers généraux, 16 % des bacheliers technologiques et 7 % des bacheliers professionnels choisissent la faculté.

81 % des bacheliers entrant en première année de licence déclarent être dans une formation qui correspond à ce qu’ils souhaitaient suivre comme études en fin de terminale. 62 % des étudiants n’ont pas postulé ailleurs que dans la licence où ils sont inscrits.

Internet en tête des sources d’information

L’enquête a étudié le poids de chaque source d’information contribuant à l’information des bacheliers. Seules deux réponses étaient possibles, ce qui a eu pour effet de mettre en valeur celles qui sont déterminantes mais pas le poids que chacune représente dans les processus d’information.

En 2006 un étudiant sur quatre citait Internet, quatre sur 10 le cite en 2011. Le recours à des organismes ou professionnels de l’information a légèrement augmenté. Le recours à l’entourage a très fortement diminué. Le recours à des salons ou à des professionnels, dont le score était déjà très bas, est à nouveau en diminution. On peut se demander si un salon virtuel avec la présence de professionnels en ligne n’aurait pas davantage de succès que les formules en présentiel qui ont lieu actuellement.

Sources_info.JPG

Sources d’informations citées par ordre d’importance

On constate une progression de la satisfaction quant à l’information trouvée sur les orientations possibles et les différents parcours d’études. 80 % d’étudiants se déclarent plutôt satisfaits et tout à fait satisfaits contre 73 % en 2006 et 59 % en 2002.

Eu égard au succès croissant d’Internet, la prochaine étude aurait tout intérêt à mesurer l’influence de chacun des sites Internet consultés par ces jeunes.