illusobsvilles.jpg La plus récente des éditions du baromètre des grandes villes sur les réseaux sociaux est disponible ici. Les chiffres les plus récents ne sont donc pas ci-dessous.

Voici un peu plus de six mois, je vous présentais la première édition du baromètre des villes de plus de 100 000 habitants. Il est temps aujourd’hui de vous présenter la seconde mesure de ce baromètre.



J’ai conservé la même méthode. Ma recherche de la présence sur les réseaux sociaux a été effectuée à partir du site Internet des villes. Je n’ai retenu que les pages Facebook généralistes et non les pages liées à un dispositif par exemple. Les pages Facebook ou les profils Twitter retenus sont portés par la collectivité territoriale concernée. Seule exception la ville de Lyon qui fait sa communication au sein de son dispositif Only Lyon. Aucun réseau social n’est signalé sur le site institutionnel de la ville mais le service communication confirme que ces pages sont bien les pages généralistes de la ville de Lyon. Dans les tableaux ci-dessous figurent donc un compte Twitter et un compte Facebook pour Lyon.

30 villes de plus de 100 000 habitants signalent désormais une présence sur Facebook. Saint-Denis (93) adopte désormais le format page. Pour Perpignan, j’ai découvert une page qui existe depuis bientôt deux ans mais c’est le « profil » de Perpignan qui est signalé sur le site Internet de la ville. Malgré l’existence de la page, le profil continue à être animé. Une bizarrerie que cette cohabitation, alors que des solutions de fusion sont possibles. Montreuil a changé de page, Villeurbanne qui ne disposait que d’une page 15-25 ans a désormais une page généraliste. Deux nouveaux entrants : Argenteuil et Rennes.

24 grandes villes animent désormais un compte Twitter. Trois nouveaux entrants : Amiens, Nancy et Nice.

Présence sur Facebook, présence sur Twitter, dans les deux cas, je vous propose un palmarès « brut » (nombre de fans, nombre d’abonnés) et un palmarès affiné en fonction du nombre d’habitants. Vous trouverez un tableau indiquant pour chaque ville combien il faut de fans pour produire une action (aime, commentaire, partage…). Vous trouverez aussi à la fin pour Twitter, un tableau affichant le nombre de tweets postés sur 6 mois, l’évolution du nombre d’abonnés et le nombre de mentions (nouveauté du baromètre) qui est un indicateur du dynamisme des comptes.

Présence sur Facebook : Lyon bien placé et Bordeaux en perte de vitesse

Paris sur Facebook est un cas tout à fait à part. La page attire en effet un grand nombre de touristes. En numéro deux on trouve la ville de Lyon puis la ville de Bordeaux mais cette dernière progresse moins que celles qui la suivent sur la même période. Saint-Etienne chute de 5 places, Strasbourg et Grenoble gagnent 3 places.

Le premier tableau classe les villes en fonction du nombre de fans et indique la progression sur 6 mois. Le deuxième tableau permet de comparer le nombre de fans au nombre d’habitants de la commune. Il est naturellement plus facile d’obtenir un grand nombre de fans dans une ville très peuplée que dans une ville à la population plus modeste. Clermont-Ferrand et Besançon obtiennent un excellent rapport habitants/fans dans le deuxième tableau.

Baromètre des Villes sur Facebook

Baromètre des Villes sur Facebook

Le troisième tableau permet de juger la participation des fans à la vie de la page. Sont enregistrés le nombre de commentaires, de partages, de j’aime sur les posts ainsi que les publications des fans quand cette possibilité est offerte. Grenoble obtient le meilleur taux d’interaction. Paris est mal placé.

Baromètre des Villes sur Facebook

Présence sur Twitter : les bons résultats de Paris et Bordeaux

24 grandes villes ont un compte Twitter. L’influence des touristes pour la capitale est ici beaucoup moins grande. Le premier tableau classe les villes en fonction du nombre d’abonnés. On constate une très grande stabilité entre la première et la seconde édition du baromètre. Le tableau suivant donne le ratio nombre d’habitants / nombre d’abonnés. Bordeaux est largement en tête de ce tableau.

Baromètre des Villes sur Twitter

Baromètre des Villes sur Twitter

Le nombre de tweets, observé sur six mois montre de très grandes disparités : de 2 tweets pour Toulon à 2 452 tweets pour Toulouse. La moyenne de publication se situe à 3 tweets par jour. Il n’y a pas de lien évident entre le nombre de tweets et la progression du nombre d’abonnés. Il y a par contre un rapport évident entre le nombre de mentions et le nombre total d’abonnés.

Baromètre des Villes sur Twitter

Sur Twitter, les communes ont généralement un nombre d’abonnements très inférieur au nombre d’abonnés. Une exception à cette règle : Montreuil qui compte beaucoup plus d’abonnements que d’abonnés. Il est vrai que le fait d’avoir beaucoup d’abonnements a un effet positif sur le nombre d’abonnés mais les villes peuvent-elles se situer dans une simple logique quantitative. Même le rapport 1 abonnement pour 1 abonné n’est pas souhaitable. Il impliquerait que la ville accepte n’importe quel compte y compris les robots. Ce serait un mauvais point pour la mise en place d’une communauté efficace et réactive.

Amis lecteurs, je suis à votre écoute pour toute suggestion permettant de rendre plus efficace ce baromètre et ses analyses. Je vous donne rendez-vous dans six mois pour une prochaine édition du baromètre des villes de plus de 100 000 habitants et dans quatre mois pour celui des Régions. Entre temps, j’aurai l’occasion de publier des interviews de Community managers en collectivités territoriales.

La plus récente édition concernant les Régions sur les réseaux sociaux est disponible ici.