Site Illustrations.fr L’enquête nationale 2012 Profétic, du Ministère de l’éducation nationale vise à connaître les usages des outils numériques par les professeurs du second degré. 6 000 enseignants ont été encouragés à remplir un questionnaire en ligne dans la période du 3 avril au 31 mai 2012. 3 270 enseignants ont accepté de répondre, ce qui représente un meilleur taux de réponse que l’année précédente.

Le niveau d’équipement progresse mais pas le nombre des connectés à Internet

Le nombre d’ordinateurs portables, de smartphones et de tablettes numériques progresse au domicile des enseignants. C’est particulièrement net en matière de smartphones : 41 % déclarent en disposer à titre personnel, 2 % à titre professionnel. Mais le nombre de non-connectés à Internet reste stable (5 %). Ce chiffre est manifestement sous-évalué. Rappelons en effet que les résultats sont interprétés à partir de l’échantillon qui a accepté de répondre. On peut imaginer que les allergiques au web acceptent difficilement de répondre à un questionnaire en ligne.

Au sein des établissements, 71 % de l’échantillon déclarent accéder facilement à du matériel de videoprojection (+ 5 % en un an), 21 % déclarent accéder facilement à un tableau numérique interactif (+ 7 %). A l’inverse, ils ne sont que 21 % à déclarer pouvoir disposer facilement d’ordinateurs pour les élèves (- 6 %).

L’usage des TIC par l’enseignant progresse mais pas celui des élèves

77 % des enseignants préparent leurs cours au moins une fois par semaine en utilisant les TIC. Les usages administratifs du numérique se développent. Mais la manipulation régulière par les élèves est stable et reste à un niveau très faible.

La taille des groupes d’élèves pour 68 % des enseignants et un équipement informatique insuffisant voire défectueux (chiffre en progression) sont les deux facteurs dissuadant le plus les enseignants d’utiliser les TIC. 28 % de l’échantillon se plaint comme en 2011 de connaissances insuffisantes dans le domaine des TIC. 37 % des enseignants jugent leur maîtrise des TIC insuffisante, voire très insuffisante.

9 enseignants sur 10 sont convaincus de l’intérêt des TIC pour diversifier les pratiques, préparer les cours et les rendre plus attractifs. 64 % estiment que l’utilisation des TIC est insuffisamment développée dans leur établissement. Un chiffre en légère progression par rapport à 2011 (+2 points).

L’étude dresse une typologie de l’échantillon. 3 % des enseignants doutent fortement des bénéfices des TIC (profil A). 17 % recourent faiblement aux TIC (profil B). 41 % sont favorables à un usage modéré des TIC, ils sollicitent souvent leurs collègues pour les aider (Profil C). 34 % sont tout à fait d’accord sur l’intérêt des TIC et les utilisent régulièrement (Profil D). 5 % les ont totalement intégrés à leurs pratiques (profil E).

L’âge des enseignants est un indicateur intéressant mais ce critère n’explique pas tout. Chez les plus jeunes, l’adhésion est loin d’être totalement acquise et on trouve des innovateurs (profil E) chez les plus âgés.

Capture d'écran étude Profétic

La "stratégie numérique globale" de Vincent Peillon permettra-t-elle d'améliorer la situation !