illusobsvilles.jpg La plus récente des éditions du baromètre des grandes villes sur les réseaux sociaux est disponible ici. Les chiffres les plus récents ne sont donc pas ci-dessous.

Depuis plusieurs années, j’étudie la présence des collectivités publiques sur le net. Voici plus d’un an, j’ai construit deux baromètres mesurant leur présence sur les réseaux sociaux : l’un consacré aux Régions, l’autre consacré aux villes de plus de 100 000 habitants.

Je vous présente aujourd’hui la troisième édition du baromètre des grandes villes sur les réseaux sociaux.

J’ai conservé la même méthode que lors des deux baromètres précédents. J’ai identifié la présence sur les réseaux sociaux à partir du site Internet des villes.

Je n’ai retenu que les pages Facebook généralistes et non les pages liées à un dispositif par exemple.

Les pages Facebook ou les profils Twitter retenus sont portés par la collectivité territoriale concernée. Seule exception la ville de Lyon qui fait sa communication au sein de son dispositif Only Lyon.

31 villes de plus de 100 000 habitants signalent désormais une présence sur Facebook. Une nouvelle entrante : Lille. Les villes de Marseille, de Nancy et de Perpignan ont désormais une adresse Internet définitive (username).

25 grandes villes animent désormais un compte Twitter. Une nouvelle entrante : Saint Denis (93).

Sur le site de Clermont-Ferrand, les liens vers les comptes Facebook et Twitter ont disparu mais les comptes existent toujours. A noter aussi que sur le site de la ville de Toulon, les réseaux sont bien signalés mais qu’aucun lien ne permet de les rejoindre. Sur le site de la ville de Nice, le lien ne permet pas d’afficher le compte Twitter mais vous y abonne directement par un simple clic, un choix étonnant !

Présence sur Facebook : une irrésistible progression de Grenoble

Sur Facebook, Paris est un cas tout à fait à part. La page attire en effet un grand nombre de touristes. En numéro deux, on trouve la ville de Grenoble dont j’avais déjà signalé l’incroyable remontée au précédent baromètre et qui occupe maintenant la deuxième position. Cette ville a progressé de 60 000 fans en six mois. Lyon perd trois places, la ville de Bordeaux en perd une. On constate de belles progressions dans le milieu du tableau, qui nous permet d’envisager des changements importants pour le prochain baromètre des grandes villes sur Facebook.

Villes sur Facebook

Le deuxième tableau permet de comparer le nombre de fans au nombre d’habitants de la commune. Il est naturellement plus facile d’obtenir un grand nombre de fans dans une ville très peuplée que dans une ville à la population plus modeste. Un très beau score pour Grenoble mais Clermont-Ferrand progresse bien.

Villes sur Facebook

Le troisième tableau permet de juger la participation des fans à la vie de la page. Sont enregistrés le nombre de commentaires, de partages, de « j’aime » sur les posts ainsi que les publications des fans quand cette possibilité est offerte. Nancy présente un excellent résultat. On trouve neuf villes avec un rapport nombre de fans / nombre d’interactions inférieur à 10. On ne comptait que six villes dans cette situation il y a 6 mois. Paris reste très mal placé.

Villes sur Facebook

Le quatrième tableau compare le nombre d’interactions avec le nombre de publications. Le nombre moyen de publications par grandes villes est de 15 sur 7 jours. Chez celles qui publient le plus, on trouve Angers (36), Nancy (30) et Strasbourg (24). A l’inverse, Boulogne Billancourt et la métropole de Rennes publient peu (2 posts en sept jours) et même la page de Brest ne compte aucun post. Heureusement cette dernière continue à être animée sur la période étudiée grâce aux publications des habitants.

Villes sur Facebook

Présence sur Twitter : les bons résultats de Paris et Bordeaux

25 grandes villes ont un compte Twitter. L’influence des touristes pour la capitale est ici beaucoup moins grande. Le premier tableau classe les villes en fonction du nombre d’abonnés. On constate une très grande stabilité en six mois. Les premiers du classement restent à leur place.

Villes sur Twitter

Le tableau suivant donne le ratio nombre d’habitants / nombre d’abonnés. Bordeaux est largement en tête de ce tableau.

Villes sur Twitter

Le nombre de tweets, observé sur six mois montre de très grandes disparités. La moyenne de publication se situe à 5 tweets par jour (en forte progression). Il n’y a pas de lien entre le nombre de tweets et la progression du nombre d’abonnés.

Villes sur Twitter

Le dernier tableau présente le nombre de fois où le pseudo de la collectivité locale est mentionné (cité). C’est un indicateur fort du dynamisme de la communauté qui suit le compte.

Villes sur Twitter

Sur Twitter, les communes ont généralement un nombre d’abonnements très inférieur au nombre d’abonnés. Une exception à cette règle : Montreuil qui compte beaucoup plus d’abonnements que d’abonnés. Il est vrai que le fait d’avoir beaucoup d’abonnements a un effet positif sur le nombre d’abonnés, mais les villes peuvent-elles se situer dans une simple logique quantitative ? Même le rapport 1 abonnement pour 1 abonné n’est pas souhaitable. Il impliquerait que la ville accepte n’importe quel compte y compris les robots. Ce serait un mauvais point pour la mise en place d’une communauté efficace et réactive.

Amis lecteurs, je suis à votre écoute pour toute suggestion permettant de rendre plus efficace ce baromètre et ses analyses. Je vous donne rendez-vous dans six mois pour une prochaine édition du baromètre des villes de plus de 100 000 habitants et dans quatre mois pour celui des Régions.

La plus récente édition concernant les Régions sur les réseaux sociaux est disponible ici.