Photo de David Reverchon sur Flickr Harris Interactive a réalisé une étude en ligne sur le rapport des Français à la communication territoriale. Les supports numériques sont fort peu plébiscités. La préférence va au papier.

17 types de supports d’informations locales ont été mesurés. Arrive largement en tête le journal papier avec 41 % des personnes interrogées qui l’utilisent souvent, les échanges avec les habitants (24 %), les chaines de télévision régionales et locales et la presse gratuite (21 % chacun).

Le site Internet ne recueille que 13 % des suffrages. Il est davantage apprécié dans les grandes villes et en région parisienne mais sa part reste modeste. Si on additionne les personnes qui consultent souvent et celles qui consultent de temps en temps, le site Internet totalise 62 % des personnes interrogées. Mais il est bien loin du journal papier qui lui totalise 84 %.

34 % des utilisateurs du journal papier trouve qu’il informe TRES bien. Sa réception par le biais de la boite aux lettres est plébiscitée par 63 % des personnes interrogés qui la qualifie de meilleur canal de réception.

On constate une très nette préférence, pour leur capacité à informer, pour les médias émis par les collectivités territoriales par rapport aux autres médias locaux.

La mairie est l’émetteur qui donne la meilleure information (63%), celle la plus crédible (66%), la plus utile (70%), ainsi que celle qui concerne le plus directement les répondants (69%). Loin derrière la mairie, l’intercommunalité est considérée comme la deuxième collectivité donnant l’information la plus proche des habitants (29%).

Les supports digitaux des collectivités sont vus comme permettant de disposer d’informations accessibles en permanence (55%) ou de services administratifs en ligne (45%), et marginalement considérés comme des espaces d’échange avec les élus (9%). Ce dernier chiffre n’a rien d’étonnant quand on voit comment les sites Internet sont conçus. Les pages Facebook permettront-elles de véritables échanges ?

Près d’un Français sur deux (47%) indique que la communication des collectivités l’incite plutôt à aller voter aux prochaines élections municipales. De plus une communication jugée comme bonne incite davantage encore à se rendre aux urnes (63%), alors qu’une communication jugée mauvaise n’a pas d’impact sur la mobilisation.

La communication locale peut donc être considérée comme un vrai levier démocratique.

Baromètre Epiceum – Harris Interactive de la communication locale – 3ème édition (2013). Enquête réalisée en ligne du 4 au 13 juin 2013. Echantillon de 1 000 individus représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus.