Logo Twitter Le Pôle AURA MUNDI, veille et analyse des médias en ligne de l’Argus de la presse, a confié la réalisation du 2ème volet de son enquête exclusive sur les usages et les pratiques de Twitter en France à Ipsos/CGI. Certes l’échantillon de l’étude est petit. L’étude porte en effet sur 500 twittos (utilisateurs actifs de Twitter) mais les enseignements sont intéressants pour mieux comprendre les usages sur la plateforme Twitter.

Alors que 89 % de la population âgée de 15 ans et plus déclare connaître Twitter, seuls 5 % l’utilisent. 2,3 millions de personnes sont actives sur Twitter. Eu égard aux 4,5 millions de comptes créés, on en déduit qu’un compte sur deux est actif.

Une grande partie de l’activité de Twitter se fait au sein de comptes protégés

57 % des comptes actifs sont des comptes publics donc visibles par tous. Une grande partie de l’activité de Twitter s’effectue donc en toute discrétion, à l’abri dans des comptes où les tweets sont protégés. Ceci explique peut-être l’engouement récent, envers Twitter, des adolescents qui ont la possibilité de protéger leurs échanges en toute simplicité.

59 % des twittos actifs utilisent un pseudo. Là encore nous sommes très loin de l’univers Facebook.

En moyenne les twittos actifs ont 47 abonnés et suivent 56 comptes. Les twittos actifs émettent onze tweets par semaine.

Une majorité de twittos utilise Twitter pour s’informer

Les twittos actifs rassemblent des comportements diversifiés :

  • Les suiveurs (14 %) ne font que lire des tweets mais n’en écrivent pas. Ils s’informent.
  • Les intimistes (36 %) s’adressent à une communauté restreinte.
  • Les chatteurs (31 %) s’adressent à une communauté plus large mais ne souhaitent pas être influents.
  • Les influenceurs (17 %) sont très actifs, publient beaucoup et cherchent à augmenter leur nombre d’abonnés.

37 % des twittos actifs donnent leur avis sur des produits ou des marques. 58 % utilisent Twitter pour s’informer. 45 % estiment que Twitter est devenu un média indispensable ou du moins nécessaire dans leur quotidien. 44 % estiment que Twitter a changé la relation qu’ils ont avec les médias.