Photo de Bedharak sur Flickr Qui n’a pas entendu parler cette semaine du rachat de Whatsapp ? Les interprétations ont fusé autour de cette acquisition d’une application de messagerie instantanée par le géant Facebook.

Et s’il s’agissait simplement de l’achat d’une gigantesque base de données actualisée en temps réel ?

D’après Médiamétrie, au 4ème trimestre 2013, 84% des Français de 11 ans et plus sont utilisateurs principaux d’un téléphone mobile.

Le numéro de téléphone mobile, futur identifiant unique pour les réseaux sociaux

Ce qui a surpris les analystes dans le rachat de Whatsapp, c’est le prix : 19 milliards de dollars pour une entreprise qui compte 55 salariés et 450 millions d’utilisateurs. Un tarif pas si prohibitif que cela si l’on compare avec le rachat de Skype par Microsoft en 2011 ! Les messageries instantanées ont de plus connu un vif engouement depuis.

Google et Facebook tentent de récupérer les numéros de téléphones mobiles de leurs utilisateurs sur leurs réseaux sociaux respectifs. Il peut s’agir d’augmenter la sécurité du compte, d’obtenir une adresse html personnalisée… Tous les prétextes sont bons. Malheureusement la récupération des numéros est laborieuse.

Facebook lutte tous les jours contre les fausses identités. Une personne, un seul compte Facebook ! L’internaute moyen a compris depuis bien longtemps l’intérêt de disposer de plusieurs boites mails, ce qui lui permet aussi de se créer plusieurs identités et de gérer ses spams. A l’inverse, le mobinaute dispose seulement d’un ou deux téléphones mobiles. Chez Whatsapp, l’identifiant et le mot de passe sont intimement liés au compte que vous utilisez puisque le mot de passe est généré automatiquement à partir du code IMEI du mobile.

Si le numéro de mobile devient l’identifiant, cela va limiter furieusement les identités multiples et donc l’anonymat.

On peut imaginer que pour rendre cohérente la plateforme Whatsapp-Facebook le futur identifiant devienne le numéro de mobile ou du moins que cette solution soit proposée pour « faciliter la vie de l’utilisateur. » Quitte à compliquer celle de ceux qui n’adopteront pas le système !

Une base constituée de milliards de numéros

Vous croyez peut-être que Facebook vient de s’offrir une base de 450 millions de numéros de téléphones mobiles. Pas seulement ! Lorsque vous vous inscrivez sur Whatsapp, vous fournissez non seulement votre numéro (logique pour une application mobile) mais surtout l’accès à tous vos contacts et donc à leurs numéros d’appel. Il est vrai que l’accès est désactivable mais cela réduit considérablement l’intérêt de la messagerie.

Dans les faits, si vous n’êtes pas présent sur les réseaux sociaux, ce sont vos amis ou relations professionnelles qui fournissent vos coordonnées. Cette colossale base de données ne contient pas seulement des numéros mais aussi l’identité, éventuellement l’adresse du contact…

En prime, la base de données est constamment actualisée par l’utilisateur lui-même sans qu’on n’ait même le besoin de le solliciter. Quand on sait la paresse des internautes pour actualiser leur profil, c’est une véritable aubaine.

Mark Zuckerberg est très rassurant au sujet de ce rachat, rien ne changera. Pour le moment, il ne nous rappelle pas que « la protection de notre vie privée n’est plus la norme » ou que « Facebook n’est plus cool ». Pas question de perdre 450 millions d’utilisateurs et 1 million de nouveaux utilisateurs chaque jour.

Que fera Facebook demain de toutes ces données ? Comment les bases de données de Facebook-Whatsapp fusionneront-elles pour davantage d’efficacité ? En quoi le rapprochement des messages avec l’identité de leur auteur permettra un meilleur ciblage publicitaire ? Google a réussi cela avec Gmail et les mails, Facebook s’attaque aux mobiles. Comment réagira Google ? En tout cas, bravo Mark.