Photo de Michaël Heiss sur Flickr L’observatoire Jeunes Attitudes, mené fin 2013 en France, en Allemagne, aux Etats-Unis et en Chine, conclut que l’engagement n’a plus la cote auprès des jeunes d’aujourd’hui. Le like de Facebook et la signature de pétitions sont-ils les seuls engagements possibles pour les jeunes ?

Une approche peu active de l’engagement

L’engagement dans la vie associative est limitée (16 % des jeunes en France, 23 % en Allemagne et 34 % aux Etats-Unis).

Les formes d’engagement recensées sont dans l’ordre :

  • La signature de pétition (26 %) ;
  • L’aide aux personnes en difficulté (25 %) ;
  • Le don d’argent à des associations humanitaires (16 %).

L’étude constate que les investissements en temps sont courts. L’engagement politique est le moins prisé. Seuls 11 % des jeunes ont de la sympathie pour les hommes politiques. Ils sont 21 % aux Etats-Unis, 28 % en Allemagne, 44 % en Chine. De manière générale, les syndicats et les gouvernements suscitent très peu de confiance et ce dans tous les pays.

Une génération davantage motivée par l’échange que par la solidarité

L’étude constate des pratiques de plus en plus collaboratives : colocation, covoiturage, achats et échanges de biens. 65 % des moins de 30 ans disent aimer rencontrer de nouvelles personnes. C’est pourquoi l’étude les appelle la « génération réseau »

Un article récent cite Pierre-Louis Desprez : "A première vue, tout semble montrer que le don de soi n’existe plus dans les pays où le confort a élu domicile". Un constat que cette étude semble malheureusement confirmer.

L’étude Ipsos

L’article du Brand News Blog