Photo de Frédéric Bisson sur Flickr Alors que le marché des smartphones est en forte progression, celui des tablettes ralentit fortement. Les Français regrettent de ne pas être davantage sollicités sur les décisions publiques qui les concernent. Le nombre d’applications sur les mobiles restent stable, faut-il encore en développer et pour quels usages ? Les Français toujours préoccupés par la protection de leurs données personnelles. Quelques chiffres significatifs dans les quatre études qui suivent.

Baisse de la vente de tablettes numériques

On a beaucoup parlé de l’acquisition massive de tablettes numériques. La progression mondiale atteignait encore 28.2 % au quatrième trimestre 2013. La croissance est presque tombée au point mort (+3,9 % en un an). Le cabinet IDC, auteur de l’étude, constate une baisse sur tous les systèmes d’exploitation et tous les formats de tablette. Il semblerait que l’augmentation du format des smartphones concurrencent directement les tablettes et produise ces mauvais résultats.

Dépêche de l’AFP relayée par le site Notre temps

Les Français regrettent de ne pas être davantage consultés

54 % des Français considèrent que la possibilité de donner son avis sur des décisions publiques constitue une opportunité plutôt rare dans notre pays. Ce déficit de consultation s’aggrave encore lorsqu’il s’agit d’Internet. 7 Français sur 10 S’en plaignent. 84 % déclarent se sentir concernés par ce type de sollicitation même si, dans les faits, seuls 64 % déclarent y répondre.

Etude Harris Interactive sur la mobilisation citoyenne numérique

Le nombre d’application sur les mobiles reste stable

Début 2014, le profil type des possesseurs de smartphones reste plus masculin, appartient davantage aux catégories sociaux professionnelles les plus hautes, est ancré davantage en région parisienne. Concernant longtemps principalement les plus jeunes, les utilisateurs plus âgés s'y intéressent de plus en plus. Le nombre d’applications installées reste stable (de 35 à 55 par appareil). L’offre d’application a pourtant progressé de façon considérable. De plus en plus d’applications ne sont jamais utilisées. Quel inconfort de devoir charger une application alors que l’on souhaite juste un renseignement ! A ce sujet, je conseille la lecture du dernier article de Fred Cavazza qui réfléchit sur « le monde mobile ».

Une version mobile de votre site sera généralement plus « rentable » qu’une application s’il s’agit simplement de donner accès à votre site. L’application peut être envisagée pour fournir un service spécifique. On pense notamment au domaine des transports (horaires, tarifs, retards…)

Etude Harris Interactive sur les usages et attitudes vis-à-vis des applications mobiles

Des Français préoccupés par la protection de leurs données mais peu actifs dans ce domaine

Sans réelle surprise, 81 % des Français se disent préoccupés par la protection de leurs données personnelles. Seuls 42 % pensent que la situation s’est détériorée ces dernières années. Leur paraissent plutôt préoccupants les risques de piratage sur Internet de leurs données bancaires et l’utilisation de leurs informations sans leur autorisation préalable.

51 % mettent à jour régulièrement leur navigateur et leur antivirus et 7 % ne le font jamais. 12 % stockent régulièrement leurs informations personnelles sur les réseaux sociaux, un chiffre qui peut étonner tant il est bas comparé au nombre d’utilisateurs de Facebook. 78 % des ordinateurs professionnels sont protégés par un mot de passe, 69 % des ordinateurs personnels, 64 % des téléphones mobiles et 51 % des tablettes tactiles.

Etude CSA pour Orange sur les Français et la protection des données personnelles