Photo FotoliaLa plus récente des éditions du baromètre des grandes villes sur les réseaux sociaux est disponible ici. Les chiffres les plus récents ne sont donc pas ci-dessous.

Il est loin le temps où les collectivités ignoraient superbement les réseaux sociaux. Il est vrai que certaines villes de plus de 100 000 habitants sont encore aux abonnés absents. C’est le cas de Dijon, du Mans, de Limoges, de Montpellier et de Nîmes. Mais une très grande majorité a compris l’intérêt d’entretenir des « conversations » avec leur population. Et elles s’en portent plutôt bien !

Comme d’ordinaire, le baromètre étudie des données générales propres aux villes, les évolutions depuis le dernier baromètre et plus particulièrement une période de 7 jours. Pour cette édition du baromètre, il s’agit du 23 au 29 septembre 2014.

Les pages Facebook ou les comptes Twitter recensés ici sont ceux qui sont signalés par les collectivités sur les pages d’accueil de leurs sites ou qui m’ont été indiqués directement.

Le précédent baromètre annonçait une page Facebook et un compte Twitter pour Limoges, ils ont été retirés car ce ne sont pas les pages et comptes officiels de la commune.

Au titre des nouveautés, on peut constater :

  • Un compte Twitter et une page Facebook pour Aix-en-provence ;
  • Un compte Twitter pour Argenteuil ;
  • Un compte Twitter et une page Facebook pour la ville de Lyon. Elles sont présentées comme des pages officielles mais ne figurent toujours pas sur la page d’accueil du site. Une stratégie pour le moins étonnante !
  • Une nouvelle page Facebook a été créée pour l’agglomération d’Orléans mais la précédente page n’a pas été fusionnée avec la nouvelle. Problème technique ! On constate aussi un nouveau compte Twitter mais il a bénéficié d’un simple changement d’adresse et donc pas de conséquence dommageable pour l’agglomération.
  • Un compte Twitter et une page Facebook pour Reims.
  • Une nouvelle page Facebook pour Rennes. Mais là encore les deux pages ne sont pas fusionnées. Elles l’ont été quelques jours après la publication de ce billet et les tableaux ci-dessous ont été revus pour tenir compte de ces changements. Un nouveau compte Twitter a aussi été créé mais le précédent existe toujours sous forme d’un compte aux tweets protégés. Etrange !
  • Lille et Mulhouse ont enfin une adresse Facebook mémorisable (username)

34 villes de plus de 100 000 habitants signalent désormais une présence sur Facebook, soit 83 % de ces collectivités territoriales.

30 grandes villes annoncent désormais un compte Twitter, soit 73 % des collectivités.

NOUVEAU : Vous trouverez à la fin de cet article un tableau pour une approche de l’interactivité des comptes des villes sur Twitter.

Présence sur Facebook : Bordeaux prend la troisième place du classement

Le premier tableau classe les villes en fonction du nombre de fans. Incroyable progression de la ville de Nantes qui passe de la dix-huitième à la septième place. Le nombre de ses fans en 8 mois est presque multiplié par quatre. La progression moyenne du nombre de fans pour les 34 communes est de 15 % sur cette période. A l’inverse on constate une baisse de classement conséquente pour les villes de Saint-Etienne, Perpignan et Brest.

Ba5-Facebook-1-Villes.JPG

Le deuxième tableau permet de comparer le nombre de fans au nombre d’habitants de la commune. Il est naturellement plus facile d’obtenir un grand nombre de fans dans une ville à forte population que dans une ville à la population plus modeste. Cette donnée mérite cependant d’être relativisée en fonction du contexte (ville touristique par exemple). Les trois premières places restent inchangées mais Bordeaux se rapproche.

Ba5-Facebook-2-Villes.JPG

Le troisième tableau permet de juger la participation des fans à la vie de la page. La première colonne englobe toutes les interactions dont dispose un fan : commentaires, réponses, like sur les commentaires, like sur les publications, partages, autres publications et like sur ces dernières, ce sur une période de sept jours.

Globalement, l’engagement progresse en 8 mois de 23 %.

Le nombre de publications en moyenne par semaine progresse. Il passe de 12,4 à 15,4.

On peut cependant regretter que les villes de Perpignan et de Toulon publient de façon aussi irrégulière.

Ba5-Facebook-3-Villes.JPG

Le quatrième tableau permet de constater combien il faut de fans pour obtenir une interaction en moyenne. On trouve seize villes avec un rapport nombre de fans pour une interaction inférieur à 10. On ne comptait que onze villes dans cette situation, il y a 8 mois. Le nombre d’interaction par post varie fortement d’une ville à l’autre, de 814 pour Paris à 4 pour Orléans.

Ba5-Facebook-4-Villes.JPG

Présence sur Twitter : Paris très largement en tête et en forte progression

30 grandes villes ont un compte Twitter. Le premier tableau classe les villes en fonction du nombre d’abonnés. On constate une très belle progression pour Paris. Les neuf premiers du classement restent inchangés.

Ba5-Twitter-1-Villes.JPG

Le tableau suivant donne le ratio nombre d’habitants / nombre d’abonnés. Bordeaux est largement en tête de ce tableau. Paris gagne quatre places, Nice en gagne cinq.

Ba5-Twitter-2-Villes.JPG

Le nombre de tweets, observé sur huit mois est très différent d’une ville à l’autre. La moyenne de publication diminue légèrement pour ce baromètre et se situe à 4 tweets par jour. Il n’y a pas de lien entre le nombre de tweets et la progression du nombre d’abonnés. Sept villes publient moins d’un tweet par jour. On constate que Perpignan ne publie plus depuis le 19 novembre 2013 mais voit son nombre d’abonnés tout de même progresser.

Ba5-Twitter-3-Villes.JPG

Le quatrième tableau observe le type de publication : publications et retweets. Metz affiche jusqu’à 69 % de retweet, tandis qu’Orléans et Saint-Denis-de-la-Réunion n’en font pas.

Le tableau fournit par ailleurs une indication quant à l’interactivité des abonnés avec le compte. Il est impossible de juger de l’interactivité réelle des comptes Twitter des villes sans un accès au module de statistiques. Cependant Twitter nous fournit désormais pour chaque tweet émis par la commune, le nombre de retweets (outil Twitter) et le nombre de mis en favoris. Certes, le nombre de retweets formulé par les deux lettres RT ne sont pas pris en compte. Les retweets à partir des retweets fait par les villes ne le sont pas davantage.

Le chiffre est donc donné à titre indicatif et est sous-estimé par rapport à la réalité. Le critère retenu a au moins l’avantage d’être calculé de la même façon pour toutes les communes et peut donc faire l’objet de comparaisons. Le tableau se lit ainsi : 1 tweet de Paris est retweeté ou mis en favoris au minimum 35 fois, etc.

Ba5-Twitter-4-Villes.JPG

En conclusion

J’ai pu observer que trois villes n’ont toujours pas personnalisé le nom de leur page sur Facebook. L’adresse qui mène à leur page contient en effet des séries de chiffres. Il s’agit des villes de Brest, Metz et de Saint-Etienne.

On peut s’attendre à une diversification forte des interventions des villes sur les réseaux sociaux dans les mois qui viennent. Je constate notamment un engagement de plus en plus fort sur Instagram mais le calme plat pour Google +. Je vous propose un récapitulatif de la présence des collectivités comme elle est signalée sur la page d’accueil de leurs sites Internet ou sur leur page Facebook. Certaines ont eu la gentillesse de me signaler des oublis dans les commentaires du précédent baromètre. Ce tableau ne demande en effet qu’à être complété.

Baromètre des villes sur les réseaux sociaux

Amis lecteurs, je suis à votre écoute pour toute suggestion permettant de rendre plus efficace ce baromètre et ses analyses. Je vous donne rendez-vous dans six mois pour une prochaine édition du baromètre des villes de plus de 100 000 habitants et dans un peu plus de deux mois pour celui des Régions.

La plus récente édition concernant les Régions sur les réseaux sociaux est disponible ici.