Pour y accéder, vous devez normalement vous connecter sur le site de l'Onisep cliquer sur « en région ». Vous choisissez « Amiens » puis vous cliquez sur une info du 9 mai : « En direct ! Posez vos questions sur les études, les métiers... ». En théorie, vous pouvez aussi aller sur la région « Strasbourg » mais je n’ai pas trouvé le lien.

Le service est très « pro ». Si vous envoyez une question dans la soirée, l’accusé de réception vous parviendra le matin sinon son envoi sera instantané. La réponse vous est garantie sous 48 heures. Dans les 3 cas, la réponse a été faite en moins de 24 heures. Il est utile de préciser que ce service est expérimental. Si sa généralisation est actée, on peut imaginer qu’il sera beaucoup plus difficile de maintenir cette efficacité tout au long de l’année. A suivre.

Sqr.jpgOn vous demande votre nom et votre ville d’habitation mais pas votre adresse. Le formulaire titre : « une réponse à votre question dans le respect de l'anonymat. »

Bien évidemment, j’ai fourni trois identités différentes pour poser mes trois questions.

Je vous laisse juge de la qualité des réponses fournies en consultant les captures qui figurent dans les liens des avis critiques ci-dessous. Les mails de réponse contenaient également les photos des couvertures des publications de l’ONISEP conseillées et le rappel des questions posées. Ces éléments ne figurent pas dans les captures d’écran ci-dessous.

Question 1 : Je suis né en 1985. Je suis en deuxième année de fac de droit que je repique cette année. « Je ne suis pas sûr que les études de droit me plaisent encore. Que puis-je faire ? J'ai peur de perdre mon année. ».

Avis critique sur la réponse 1 : Le premier paragraphe est réconfortant. Le second paragraphe est sans doute plus discutable. Si je suis en échec, me proposer à nouveau l’université n’est pas forcément la meilleure solution, et puis pourquoi ne pas parler de l’alternance. Le renvoi vers le SCUIO est utile car la question posée ne permet pas d’affirmer si j’ai un simple « coup de blues » ou si c’est plus grave.

Question 2 : Je suis née en 1982. J’ai un master en sciences du langage. « Peut-on après des études universitaires reprendre un cursus dans une école d’ingénieur ? J’aimerais m’orienter dans l’informatique. »

Avis critique sur la réponse 2 : La phrase « Avez-vous envisagé un parcours universitaire dans le domaine informatique » est pour le moins imprécise. Conseiller de reprendre un autre master aurait été préférable. A nouveau, on peut regretter que l’alternance ne soit pas mentionnée.

Question 3 : Je suis née en 1990. Je redouble ma seconde. « Je voudrais devenir pâtissière, comment faire ? »

Avis critique sur la réponse 3 : La réponse est bien adaptée. On peut apprécier que le système automatisé intègre les noms de métiers en masculin et féminin. Une évidence que l’on souhaiterait rencontrer partout. Si on veut vraiment critiquer, on peut regretter que les dates des journées portes ouvertes des écoles pour le métier concerné ne soient pas indiquées.

Si l’ONISEP se dote de moyens d’évaluation en interne, cet outil pourrait vite devenir redoutable en efficacité.

On peut aussi noter que chaque mail est doté d’un paragraphe « Votre avis nous intéresse ». Le public répond très peu à ce type de sollicitation. De plus, l’utilisateur est sans doute le plus mal placé pour juger de la qualité de la réponse. Une idée plaisante mais totalement inutile.

Et vous, que pensez-vous de ces réponses ? Vos réponses mail sont elles à ce niveau, voire meilleures ? Utilisez-vous des systèmes automatisés, des mises en page avec votre logo ? Que pensez-vous de cette évolution des missions de l’ONISEP ?